AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez

 ultraviolence; lazio #1

Laz Montaigu
Voir le profil de l'utilisateur http://shotatthenight.forumactif.com/t935-shit-maybe-i-miss-you-
crimson pistols


ultraviolence; lazio #1 Tumblr_mri5p6W6JH1sa9sivo1_500

☾ pseudo : margaux.
☾ avatar : styles.
☾ querelles : 564
☾ destiny : 27/01/2018
☾ territories : south side et sa noirceur. le sud et sa connerie. les crimson pour toujours, sans qu'on pose de questions.
☾ relationship :
★ . ☽ . ❤️ . ☾ . ★


vio; mistake; maybe a little more.
ecco; bff.
ace; césare; abel; nova; azra cousins.
esmée; ebe; sisters.
ainhoa; failed first time; good friend.
atticus; thanks for help. and for let me test drugs.
zélina; friends.
cassandre; like a big sis'

dialogues; darkred
ultraviolence; lazio #1 JMbxR0Cultraviolence; lazio #1 SBHXCBu

rps terminés:
 


ultraviolence; lazio #1 Empty
bang bang
. ✦ ⊹ Mer 31 Jan - 13:28 ⊹ ✦ .

ultraviolence

and we can pick sides


lazio
fair verona
une nouvelle nuit, une nouvelle vie. encore une soirée ou l'alcool coule à flots, mais pas pour les mêmes raisons que la dernière fois. rage certaine et besoin que de foutre ton poing dans la gueule de ce brun. silver qui n'a rien à faire la, qu'on voit trop souvent dans le bar, paraît-il. comment personne n'a pu s'en rendre compte ? comment personne n'a pu être capable de distinguer un crimson d'un silver ? tu n'as vraiment aucune idée de comme ça a pu se produire. comment t'as pu être assez bourré que pour ... pour le laisser te toucher. tout simplement. comment tout le monde a été assez aveugle pour qu'il puisse se faufiler parmi vous soirs après sors. colère au fond des veines, t'as juste envie de lui faire regretter ses soirées passées chez vous. chez toi. mais ... les journées ont passé. les nuits hantées de ce foutu regard bleuté aussi. et finalement, tout semble s'être plus ou moins apaisé, au creux de tes veines. alors pourquoi ? pourquoi est ce que tu te retrouves dans ce même bar, plusieurs semaines plus tard ? aucune idée. l'envie de boire, de se changer les idées sans doute. les verres s'enchaînent prudemment, tu ne tiens pas à perdre ton self-control. tu ne tiens pas à risquer une nouvelle fois ce secret qui pourrait être découvert du jour au lendemain. qui pourrait réduire ta vie à un rien, sans doute rejeté par ton propre père s'il venait à l'apprendre. ouai, sans doute que de voir son unique fils aimer les hommes, ça passera pas.

tu te mords l'intérieur de la joue, terminant un nouveau verre, maintenant habitué à la brûlure familière de l'alcool glissant dans ta gorge. et pourtant, toujours l'esprit clair, assit au fond du bar à observer l'entièreté de la salle. quelques moments d’inattention. ton téléphone qui sonne, messages de ton père que tu ignores volontairement pour ce soir. il régit déjà tes journées, t'as besoin de régir tes nuits. et, finalement, ton regard qui se pose sur cette silhouette. il a vraiment du culot. bien trop à ton goût. ça terminera par le perdre, t'en es persuadé. et tu veux faire partie de ceux qui seront les auteurs de sa chute. tu te lèves de ton siège, un dernier billet déposé sur le comptoir, tiré d'une des poches de ton blouson en cuir. cuir significatif. montaigu même dans la manière de s'habiller. tes gestes peut-être moins certains que d'habitudes, tandis que tu t'avances au travers de la salle pour venir t'adosser au bar, à quelques centimètres seulement du brun. t'as même oublié son prénom. vague idée au fond de ton esprit, pas grand chose d'autre. bien trop d'alcool dans le sang pour t'en souvenir. t'essayes toujours de comprendre. comprendre comment t'as pu être aussi con. un soupir manque de s'échapper de tes lèvres, tandis que ton regard vient se poser sur lui. dur. froid. comme bien trop souvent. tu t'es perdu ? t'as besoin d'aide pour retrouver ta mère ? tu demandes, presque mielleux. et surtout, sarcastique. tu sais très bien qui il est, maintenant. prénom qui revient d'un coup effleurer la surface de ton esprit, qu'on t'a soufflé quand t'as appris son identité. vio. trois petites lettres que tu vas sans doute apprendre à détester. qu'une partie de toi déteste déjà. agitation caractéristique du bar autour de vous. tout semble parfaitement normal, au fond. une soirée comme une autre. peut-être pas, finalement.


Revenir en haut Aller en bas
Vio Hayes
Voir le profil de l'utilisateur http://shotatthenight.forumactif.com/t992-vio-they-say-only-the-
silver chapel




☾ pseudo : midnight
☾ avatar : tomlinson
☾ querelles : 601
☾ destiny : 29/01/2018
☾ relationship :
ultraviolence; lazio #1 JMbxR0Cultraviolence; lazio #1 SBHXCBu


laz ∞ one night, hate you love you
silver gang ✩ sebastian, even,
montaigu gang ✩ ace, nova, esmée, noa
capulet gang ✩ harpie, silas

code couleur dialogue : [color=#339999]

RP TERMINÉS:
 


ultraviolence; lazio #1 Empty
bang bang
. ✦ ⊹ Mer 31 Jan - 17:24 ⊹ ✦ .
ultraviolence
Laz & Vio


fond sonore. bruits désagréables. les voix rauques qui parlent beaucoup plus fort que nécessaire. les verres qui tapent contre le bar en bois. l’alcool qui coule. sur les tables, dans les gorges, sur les doigts du barman. soirée banale chez les crimson. ils ne font que ça. se bourrer la gueule. probablement pour oublier qu’ils sont loyaux à la mauvaise famille. les montaigu. ces rats qui courent dans les rues du sud. cet empire dépassé. ces pourritures qui vont petit à petit se faire manger par les tiens. visages familiers. tu es souvent ici. tu finis par les reconnaitre. et c’est le but. pouvoir te faufiler. pouvoir passer inaperçu. les empêcher de trouver ta présence surprenante. tu dois te faire passer pour un des leurs. et ça te fait chier qu’ils t’imaginent serpent. tu vaux mieux que ça. t’as rien à leur envier. bien au contraire. mais t’as pas le choix. t’as besoin de t’immiscer. t’as besoin d’infos pour Argentis. il t’a chargé de saboter leur prochain deal. de plusieurs milliers de dollars. gros deal, gros contrat. une opportunité supplémentaire pour les faire tomber. et tu comptes bien y arriver. débarquer fièrement devant le clan et leur balancer tout ce que tu as appris. t’as besoin de cette reconnaissance. définitivement. c’est la seule chose qui te permet de continuer. en plus de cette haine constante que tu ressens pour les capulets. tes lèvres qui goûtent à ta vodka. des billets glissés au barman. il arque les sourcils quand tu déposes un peu trop. pas grave. il vaut mieux que tu l’aies dans ta poche si ça tourne mal. parce-que clairement t’es la brebis qui se jette dans la gueule du loup. volontairement. tu jouis beaucoup trop de ce pouvoir. être là parmi eux sans qu’ils le sachent. les cons. incapables de penser un moment qu’ils ne sont pas en sécurité. ils ne le sont plus. même dans leurs quartiers. ton regard qui glisse sur la foule. évidemment que tu le cherches. forcément. tu supposes qu’il passe ses nuits ici. il n’a que ça à faire le montaigu. avec une vie aussi merdique que la sienne, l’alcool est le seul moyen de se réveiller le matin. rien. absolument rien. il n’est pas là. probablement en train de jouer au gosse de riche qui baise les pieds de son paternel pour rester sur l’héritage. tes doigts qui se resserrent sur ton verre. une conversation qui arrive à tes oreilles. un mec complètement de bourré qui critique les silver. ton poing qui se serre. retiens toi, vio. laisse-les parler. demain ils ne se souviendront même pas de cette discussion. puis un corps qui apparait contre le bar. proche de toi. tu ne te retournes même pas. tu ne lui donnes aucune attention.  tu sais que c’est lui. instinct, espoir. tu sais pas mais t’es sûr de ton coup. « tu t’es perdu ? t’as besoin d’aide pour retrouver ta mère ? » il se trouve drôle le con. s’il savait… ta génitrice qui est crevée six pieds sous terre. tombe carbonisée par ta faute. aucun point sensible touché. tu ne lui donneras pas satisfaction. tes yeux qui restent rivés face à toi. tu refuses de te tourner. « non tu peux dégager de ma vue. j’ai tout ce qu’il me faut. » tu tends ton verre dans les airs avant d’avaler complètement le liquide. « oh merde t'avais préparé un discours de retrouvailles ? j'ai gâché la surprise ? » ton ton sarcastique. tu te fous littéralement de sa gueule. tes yeux qui trouvent les siens. tes iris bleus que tu veux sombres. « je t’ai manqué peut-être ? » tu arques un sourcil. tu penses pas qu’il soit ouvertement gay. t’en aurais forcément entendu parler. alors tu sais que tu tiens quelque chose. t’as le pouvoir. encore et toujours. et putain c’est jouissif.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Laz Montaigu
Voir le profil de l'utilisateur http://shotatthenight.forumactif.com/t935-shit-maybe-i-miss-you-
crimson pistols


ultraviolence; lazio #1 Tumblr_mri5p6W6JH1sa9sivo1_500

☾ pseudo : margaux.
☾ avatar : styles.
☾ querelles : 564
☾ destiny : 27/01/2018
☾ territories : south side et sa noirceur. le sud et sa connerie. les crimson pour toujours, sans qu'on pose de questions.
☾ relationship :
★ . ☽ . ❤️ . ☾ . ★


vio; mistake; maybe a little more.
ecco; bff.
ace; césare; abel; nova; azra cousins.
esmée; ebe; sisters.
ainhoa; failed first time; good friend.
atticus; thanks for help. and for let me test drugs.
zélina; friends.
cassandre; like a big sis'

dialogues; darkred
ultraviolence; lazio #1 JMbxR0Cultraviolence; lazio #1 SBHXCBu

rps terminés:
 


ultraviolence; lazio #1 Empty
bang bang
. ✦ ⊹ Mer 31 Jan - 18:45 ⊹ ✦ .

ultraviolence

and we can pick sides


lazio
fair verona
il commence sérieusement à se faire une place dans ton esprit et c'est tout, sauf bien. c'est loin de l'être. la dernière chose dont tu avais besoin, que de t'enticher d'une quelconque personne. d'un homme encore moins. et d'un silver, vraiment, t'aurais pu t'en passer. tu sais pas ce que t'as foutu. tu cherches toujours la solution à cette équation et tu as bien du mal à la trouver. problème qui reste sans réponse pour le moment, hormis celles apportées par une première fois quasiment volée au détour d'un verre ou plusieurs. tu ne te sens pas plus différent que d'habitude. pas mieux dans ton corps que précédemment. en réalité, t'as pas l'impression que ça ait changé quoi que ce soit. p'être bien que si, au fond, tout au fond de toi. attirance pour les hommes soudainement trop réelle. bien trop réelle. un soupir s'échappe de tes lèvres, tu viens le noyer dans ton verre, le terminant par la même occasion. tu t'embrouilles dans ta réflexion, tu ne sais même plus pourquoi tu as commencé à repenser à ce mec, à cette unique nuit échangée, à ces sensations qui semblent parfois ramper sous ta peau et prendre le contrôle de tout tes sensations, chaque nerf semblant s'échauffer pour te mettre à bout et te faire craquer. ton regard vogue et s'échoue sur la foule, tes doigts passant dans tes cheveux, une grimace esquissant tes lèvres quand le métal de tes bagues rentrent en contact contre ta peau. et finalement, sa silhouette que tu repères facilement. bien trop facilement quand tu y penses. tu éloignes bien rapidement cette pensée de ton esprit. tu te mords l'intérieur de la joue et feins l'indifférence alors que tu viens t'adosser au bar. pas très loin de lui. bien trop proche à ton propre goût. non tu peux dégager de ma vue. j’ai tout ce qu’il me faut. tu laisses tes yeux rouler dans leurs orbites, tandis que tu te pinces très légèrement les lèvres. techniquement, t'es pas dans son champ de vision, donc bon ... tu manques un soupir. oh merde t'avais préparé un discours de retrouvailles ? j'ai gâché la surprise ? je t’ai manqué peut-être ? vos regards se croisent. le vert qui rencontre le bleu. bordel. tu restes impassible face au brun. ton corps immobile. ton souffle retenu durant quelques secondes. désolé chéri. je voulais pas te décevoir. tu souffles, une petite mine feinte. ton visage qui redevient impassible. froid. distant. comme toujours, quand tu te retrouves face à un parfait inconnu. enfin ... ok, pas si inconnu que ça, dans un certain sens. quoique tu ne connais rien de lui. qu'une certaine partie de son anatomie ... tu fermes les yeux un quart de seconde, le temps de maîtriser le frisson qui s'empare de toi à cette simple et unique pensée. pensée que tu chasses d'ailleurs de ton esprit. je sais très bien que t'es pas un crimson. tu lâches d'une voix rauque et glaciale. et t'as rien à foutre ici. tu ajoutes, ne laissant pas de place à la moindre hésitation dans le ton de ta voix. j'savais pas que les silver recrutaient des suicidaires. tu souffles, un sourcil arqué. bien trop de bruit et bien trop d'alcool autour de vous pour que quiconque ne fasse attention à ce que tu dis. et pourtant ... il te suffit de hausser la voix, de pointer le brun du doigt en affirmant haut et fort qu'il s'agit d'un silver. tu es persuadé qu'en détaillant un peu plus l'encre ayant coulé sur sa peau, tu pourras y trouver un scorpion, quelque part ou ailleurs. preuve ultime qu'il n'a rien à faire ici. ton regard vient rapidement détailler les quelques traces d'encre visibles. c'est quoi le plan ? t'as une ceinture explosive, un truc dans l'genre ? t'as juré que tu donnerais ta vie pour eux et pour venger, j'sais pas quel membre de ta famille ? tu souffles, presque blasé. ça aurait été une bonne idée que d'appeler ton père. ou ton oncle, t'en sais trop rien. mais t'as envie de voir ce qu'il va te servir comme excuse. t'as envie de voir à quoi ça va te mener et ... tu devrais clairement penser à autre chose que la nuit qui te hante. encore et encore. ta propre jeunesse te frappe, tandis que tu as bien du mal à te concentrer, malgré ton air impassible.


Revenir en haut Aller en bas
Vio Hayes
Voir le profil de l'utilisateur http://shotatthenight.forumactif.com/t992-vio-they-say-only-the-
silver chapel




☾ pseudo : midnight
☾ avatar : tomlinson
☾ querelles : 601
☾ destiny : 29/01/2018
☾ relationship :
ultraviolence; lazio #1 JMbxR0Cultraviolence; lazio #1 SBHXCBu


laz ∞ one night, hate you love you
silver gang ✩ sebastian, even,
montaigu gang ✩ ace, nova, esmée, noa
capulet gang ✩ harpie, silas

code couleur dialogue : [color=#339999]

RP TERMINÉS:
 


ultraviolence; lazio #1 Empty
bang bang
. ✦ ⊹ Mer 31 Jan - 23:26 ⊹ ✦ .
ultraviolence
Laz & Vio

ça aurait pu être une soirée comme les autres. une énième dans le sud. toi, ta solitude et tes verres. combo parfait. quelques informations recupérées au détour d’une conversation. un sourire hypocrite pour remercier le pauvre con qui vient t’aider un peu plus ton clan à foutre le sien dans la merde. ça aurait pu se passer comme ça. ça aurait été suffisant. probablement. probablement pas. parce-que ça fait deux mois. deux mois que tu traines dans le même bar. dans l’unique but de le revoir lui. et tu sais qu’il finira par revenir. c’est obligé. il est chez lui. il n’a aucune raison de se cacher. surtout qu’il ne doit pas s’attendre à te voir ici. enfin peut-être que si après tout. il pense sûrement que t’es un crimson. c’est la seule explication à ta présence ici. mais bon dieu, tu l’avoueras pas mais ça te fait bien trop plaisir qu’il te retrouve au bar. parce-que c’est lui qui est venu. c’est lui qui a cédé. certains parleront de premier pas, toi tu diras juste que c’est un signe de faiblesse. il n’arrive pas à te laisser faire ta vie de l’autre côté du bar. il est obligé de venir te voir, te parler, te regarder. et bordel, ton ego le remercie. mieux qu’un paquet de chocolat et qu’une rose rouge. les conversations qui continuent autour de vous. tu sais pas si certains ont remarqué que l’un des fils montaigu était venu t’accoster. ils sont tous occupés à boire leur honte d’être montaigu en alcool. et ça en fait des verres à vider… alors tu préfères rester provocateur avec lui. lui faire croire que tu t’en fous pas mal de sa présence ou non. vos yeux qui s’acharnent à un combat ridicule. aucun gagnant, aucun perdant, juste deux cons qui se la jouent arrogant. « désolé chéri. je voulais pas te décevoir. » ses mots qui bloquent. il vient de t’appeler chéri. comme ça. normalement. alors peut-être qu’il est gay finalement ? enfin oui, il l’est. vu ses gémissements entre tes draps il y a quelques semaines, t’as aucun doute. mais tu trouves ça bizarre qu’il ne le cache pas.  ça se saurait. son paternel n’est pas connu pour être vraiment ouvert d’esprit. il se la joue statue grecque. impassible, froid. mais ça marche pas. pas avec toi. « oh donc on en est déjà aux petits surnoms ? tu me présentes à ton père quand ? j’ai pas noté la date... » tu lui rétorques. faux sourire. faux semblant. puis tu le vois perdu dans ses pensées. t’as envie de repenser que des souvenirs de votre nuit ensemble lui reviennent. « je sais très bien que t’es pas un crimson. et t’as rien à foutre ici. » bon au moins c’est clair. il sait clairement que t’es pas un serpent. tant mieux. tu comptais pas faire semblant. pas avec lui. tu gagnes trop à ce qu’il sache que tu fais partie de l’autre clan. « j’savais pas que les silver recrutaient des suicidaires. » tu lèves les yeux au ciel. tu te rapproches un peu plus de lui. tes lèvres contre son oreille. « et moi j’savais pas que les montaigu couchaient avec des silver. » tu t’écartes de nouveau. tes doigts qui tapent le bar. « c'est quoi le plan ? t'as une ceinture explosive, un truc dans l'genre ? t'as juré que tu donnerais ta vie pour eux et pour venger, j'sais pas quel membre de ta famille ? » tu éclates de rire. il est dramatique ce gosse. dramatique mais drôle. « pas de ceinture explosive. juste un mec qui cherche de l’alcool et quelqu'un avec qui passer la nuit. » tu dis en haussant les épaules. tu sais pas si ça le rendra jaloux. pas sûr. vous avez partagé qu’une seule nuit. bien loin d’un conte de fée. « pourquoi ? tu vas rapporter à papa comme le fils obéissant que tu es ? » tu siffles. t’es sûr que c’est le genre de mec à ne pas vivre sa vie comme il l’entend juste pour faire plaisir à ses parents. « il va pas aimer que je lui raconte notre dernière rencontre tu sais… » menace dans l’air. discrète mais réelle.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Laz Montaigu
Voir le profil de l'utilisateur http://shotatthenight.forumactif.com/t935-shit-maybe-i-miss-you-
crimson pistols


ultraviolence; lazio #1 Tumblr_mri5p6W6JH1sa9sivo1_500

☾ pseudo : margaux.
☾ avatar : styles.
☾ querelles : 564
☾ destiny : 27/01/2018
☾ territories : south side et sa noirceur. le sud et sa connerie. les crimson pour toujours, sans qu'on pose de questions.
☾ relationship :
★ . ☽ . ❤️ . ☾ . ★


vio; mistake; maybe a little more.
ecco; bff.
ace; césare; abel; nova; azra cousins.
esmée; ebe; sisters.
ainhoa; failed first time; good friend.
atticus; thanks for help. and for let me test drugs.
zélina; friends.
cassandre; like a big sis'

dialogues; darkred
ultraviolence; lazio #1 JMbxR0Cultraviolence; lazio #1 SBHXCBu

rps terminés:
 


ultraviolence; lazio #1 Empty
bang bang
. ✦ ⊹ Jeu 1 Fév - 13:06 ⊹ ✦ .

ultraviolence

and we can pick sides


lazio
fair verona
tu ne peux pas fuir toute la vie, toute les nuits. t'es un habitué de l'endroit, après tout. tu viens souvent, même si tu ne bois qu'un verre. simplement pour te changer les idées, te détendre un peu après une journée passée avec ton père. alors t'es presque obligé de revenir, faire comme si de rien n'était, faire comme si tout était normal. tu te mords l'intérieur de la joue et termines ton verre. tu as arrêté de compter. tu sais simplement que ce n'est pas assez pour que tu sois bourré ou que tu ne te contrôles plus. pas question de laisser l'alcool prendre le dessus, pas question de te laisser dépasser les événements, par une bouche tentatrice et des cheveux ébouriffés. sarcasme au bord des lèvres quand tu te retrouves à ses côtés. t'es loin d'être aussi calme et détendu que ce que tu laisses paraître, mais ça, il n'est pas obligé de le savoir. il peut même l'ignorer, ça t'arrangerait. de toute manière, il n'a aucun moyen de s'en rendre compte. assurance feinte une bonne partie de la journée. assurance dont tu dois faire preuve face à ton père et tes deux oncles. assurance qui n'est en réalité qu'illusion. t'es pas le gosse qu'ils aimeraient que tu sois. c'est bien dommage, ça.dommage pour toi, en réalité. oh donc on en est déjà aux petits surnoms ? tu me présentes à ton père quand ? j’ai pas noté la date... tu arques un sourcil, soupir au bord des lèvres. soupir bien réel, contrairement au sarcasme précédant. tu n'as même pas envie de répondre à son jeu puéril. c'est pas un crimson et tu le sais très bien. il n'a absolument rien à foutre ici et il le sait très bien. et tu aurais pu, très clairement. tu aurais pu te la jouer bâtard et appeler un des hommes de mains de ton père ou de ton oncle, pour te débarrasser de lui et pour le faire regretter sa présence chez vous. ses lèvres et moi j’savais pas que les montaigu couchaient avec des silver. son souffle contre ton oreille, tu restes de marbre même si tu as bien du mal à le faire. et ouai, clairement, c'est lui qui a la main. ça te tue de l'admettre, putain. mais t'as merdé, t'as fais une erreur. bien trop idiote d'ailleurs. lâché prise qui engendre bien plus de négatif que de positif. hormis quelques sensations découvertes et appréciées le temps de quelques minutes. soupir qui manque de s'échappe de tes lèvres. pas de ceinture explosive. juste un mec qui cherche de l’alcool et quelqu'un avec qui passer la nuit. tu l'observes, clairement blasé par ses mots. ce genre de gars qui ne pense qu'au cul. il commence sérieusement à t'exaspérer. les silver sont tellement pauvres qu'ils ont plus d'alcool dans leurs bars ? un rire sur tes lèvres. loin d'être sincère. simplement pour ponctuer ta phrase. et t'en as globalement rien à foutre de savoir qu'il cherche quelqu'un avec qui baiser ce soir. ça te laisse totalement indifférent. totalement. pourquoi ? tu vas rapporter à papa comme le fils obéissant que tu es ? il va pas aimer que je lui raconte notre dernière rencontre tu sais… tu soupires doucement. corde sensible. point sensible. combot. connard. entre son fils et un putain de scorpion, c'est vrai que j'ai du mal à savoir qui il va bien pouvoir croire ... tu demandes, minaudant un peu. il pense sérieusement que ton père va le croire s'il lui raconte que vous avez couchez ensemble ? ça le fera p'être rire. p'être qu'il va être blasé. mais jamais il ne le croira. normalement. tu te pinces légèrement les lèvres. va donc baiser un mec de chez toi. tu marmonnes faiblement. t'as rien à foutre chez nous. tu répètes une nouvelle fois, bien inutilement, tu le sais bien. tes doigts glissent dans tes cheveux. un mot de ma part et t'es laissé pour mort dans l'fond d'une ruelle. la ou personne ne te retrouveras. encore moins les silver. tu lâches, la voix froide. j'suis certain qu'en cherchant un peu, on terminerait par trouver un joli scorpion de tatoué. tu lâches finalement. preuve ultime de son appartenance aux silver. tout comme un serpent se mêle à tes propres tatouages et une de tes bagues rend son apparence. et il ne serait que trop simple, une fois le tatouage découvert, que de faire en sorte qu'il soit laissé pour mort. putain ouai. t'aimes plutôt ben cette perspective. plus d'emmerdes, comme ça.  

Revenir en haut Aller en bas
Vio Hayes
Voir le profil de l'utilisateur http://shotatthenight.forumactif.com/t992-vio-they-say-only-the-
silver chapel




☾ pseudo : midnight
☾ avatar : tomlinson
☾ querelles : 601
☾ destiny : 29/01/2018
☾ relationship :
ultraviolence; lazio #1 JMbxR0Cultraviolence; lazio #1 SBHXCBu


laz ∞ one night, hate you love you
silver gang ✩ sebastian, even,
montaigu gang ✩ ace, nova, esmée, noa
capulet gang ✩ harpie, silas

code couleur dialogue : [color=#339999]

RP TERMINÉS:
 


ultraviolence; lazio #1 Empty
bang bang
. ✦ ⊹ Sam 3 Fév - 12:23 ⊹ ✦ .
ultraviolence
Laz & Vio

coup de poker en direct. un silver dans un bar crimson. discussion houleuse avec  un montaigu. t’aurais pu te tourner vers n’importe quel mec. blond, brun, roux. jambe de bois, dent en or. peu importe. tout le monde sauf un montaigu. putain, il a cet adn pourri dans le sang. trop de risques. trop de raison de fuir. tu ferais mieux d’y aller. filer loin de cet endroit. t’es seul. bien loin de ton clan. bien loin d’une quelconque sécurité. tu brûles tes ailes tout seul. sans l’aide de personne. suicide voulu mais pas forcément réfléchi. tu t’y attendais. tu le cherchais. tu espérais presque tomber sur sa gueule d’ange. bien trop baisable pour être apprécié de vive voix. alors peut-être que tu veux croire que t’as la main sur lui. tu connais son petit secret. son penchant pour les corps musclés. son désir pour l’amour brut et rapide. tu as déjà entendu sa voix rauque au point culminant de son plaisir. et tu le tiens grâce à ça. cette nuit que vous avez partagé. ces quelques heures. souvenir passionné. secret dévoilé. mais les jeux sont relancés quand il te balance que t’es pas un crimson. et même s’il n’a aucune preuve, il l’affirme sereinement. alors toi, comme un con qui manque d’instinct de servie, tu ne pars pas sur la négative. tu aurais pu jouer. tu aurais pu essayer de le convaincre que t’es un crimson. tatouages découverts, le seul qui prouve ton allégeance est camouflé. tu aurais pu mais non. parce-que vio, t’es un putain de suicidaire. et une partie de toi attend qu’il crie de te tuer sur place, immédiatement. dénonciation facile. son nom de famille qui lui donne tous les droits dans ce bar. t’es personne. il est montaigu. alors il reprend la main. mais tu te bats. de la seule manière que tu connais. avec charme, discrétion et provocation. tes lèvres qui murmurent contre son oreille. doux rappel de vos ébats, de sa trahison envers son clan. il ne savait pas à ce moment-là. t’en es sûr. il était bien trop bourré et trop demandeur qu’il n’a même pas cherché à savoir avec qui il repartait. un fin sourire sur tes lèvres. fier de le faire réfléchir. fier d’arriver à le remettre à sa place pendant quelques instants. « les silver sont tellement pauvres qu’ils ont plus d’alcool dans leurs bars ? » réponse ridicule. t’es même pas touché. tu le vois rire. rire faux. il tente simplement de se donner une quelconque prestance. loupé, montaigu. tu sais que tu l’as déstabilisé juste avant. juste pour le faire taire, tu poses quelques billets sur le bar et tu réclames un autre verre. tes lèvres qui goûtent de nouveau à l’alcool. puis tu l’attaques de nouveau. son statut de fils montaigu. ce nom de famille qui lui pèse. ça se voit dans ses yeux. « entre son fils et un putain de scorpion, c’est vrai que j’ai du mal à savoir qui il va bien pouvoir croire… » et il fier en plus. tu lèves les yeux au ciel. il sait clairement pas avec qui il joue. alors tu ris à ton tour. « et si papa montaigu voyait de belles photos de toi dans ce moment de faiblesse ? il en dirait quoi? » tu glisses doucement. tu sais qu’il va paniquer. sauf que tu ne le laisseras pas avoir le dernier mot. il est reconnaissable. ses tatouages le sont surtout. « va donc baiser un mec de chez toi. t’as rien à foutre chez nous. » il t’exaspère le gosse. il reste planté là à attendre que tu bouges de son champ de vision. tu le soupçonnes d’attendre simplement que tu te retournes pour mater ton cul. puis les menaces. évidemment qu’elles réapparaissent. « un mot de ma part et t’es laissé pour mort dans l’fond d’une ruelle. là où personne ne te retrouvera. encore moins les silver. j’suis certain qu’en cherchant un peu, on terminerait par trouver un joli scorpion de tatoué. » sa voix froide. son ton qui se veut intimidant. tu finis ton verre. le bruit qui claque contre le bar en bois. ton index sur son menton. « tu me feras rien, montaigu. absolument rien. parce-que tu as bien trop à perdre. » tu lâches doucement. puis tu t’éloignes dans la foule. tu le laisses là. planté au bar comme un con. (…) mec trouvé dans la foule de serpents. mec emmené dans les toilettes. plaisir partagé. rapidement. pas de rejeton montaigu cette fois. juste une âme en peine qui voulait un peu d’attention. ça fait plus d’une heure que t’as laissé le bouclé. tu ressors des toilettes. ton regard qui croise le sien. un clin d’oeil en sa direction alors que ton amant du jour te suit. tu fais exprès de remettre ton pantalon pour que le message soit clair. puis tu sors du bar. t’as assez joué. le montaigu ne s’aventurera pas dehors avec toi. ça serait du suicide pour lui.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Laz Montaigu
Voir le profil de l'utilisateur http://shotatthenight.forumactif.com/t935-shit-maybe-i-miss-you-
crimson pistols


ultraviolence; lazio #1 Tumblr_mri5p6W6JH1sa9sivo1_500

☾ pseudo : margaux.
☾ avatar : styles.
☾ querelles : 564
☾ destiny : 27/01/2018
☾ territories : south side et sa noirceur. le sud et sa connerie. les crimson pour toujours, sans qu'on pose de questions.
☾ relationship :
★ . ☽ . ❤️ . ☾ . ★


vio; mistake; maybe a little more.
ecco; bff.
ace; césare; abel; nova; azra cousins.
esmée; ebe; sisters.
ainhoa; failed first time; good friend.
atticus; thanks for help. and for let me test drugs.
zélina; friends.
cassandre; like a big sis'

dialogues; darkred
ultraviolence; lazio #1 JMbxR0Cultraviolence; lazio #1 SBHXCBu

rps terminés:
 


ultraviolence; lazio #1 Empty
bang bang
. ✦ ⊹ Sam 3 Fév - 15:44 ⊹ ✦ .

ultraviolence

and we can pick sides


lazio
fair verona
t'as l'impression de te perdre. il a clairement la main. il a toutes les cartes en main et t'es en difficulté. tu sais pas du tout comment tu vas réussir à gérer ça. impassibilité sur le visage, connerie au bout des lèvres et au fond de l'esprit. tu commences sincèrement et réellement à regretter de t'être tant laissé allé, l'autre fois. tu sais même plus. raisons futiles. une énième rencontre organisée par ton père avec une charmante demoiselle. bien trop blonde et bien trop en forme. si seulement il savait. si seulement ils savaient. tous autant qu'ils sont. tous, sauf lui. brun en face de toi. tu sais pas comment t'as pu être aussi con pour te laisser aller avec le premier inconnu. c'était sans doute la solution pour que personne ne sache, mais maintenant, tu te retrouves piégé dans tes propres mensonges, enfermés dans cette mascarade. pris au piège. mais tu ne laisseras rien s'échapper, tu ne le laisseras pas voir ce trouble intérieur. tu es bien trop bon pour cacher tes sentiments et tes sensations. tu l'observes en silence, verre commandé. un nouveau. tu te mords l'intérieur de la joue, feintant l'indifférence. encore et encore. menace que tu souffles du bout des lèvres. il se croit drôle, le scorpion. et si papa montaigu voyait de belles photos de toi dans ce moment de faiblesse ? il en dirait quoi ? tu prends une douce inspiration, essayant de contrôler se souffle qui essaye de se faire la mal. palpitant qui bat plus vite et plus fort, panique qui s'insuffle doucement au fond de toi. et s'il avait vraiment des photos de toi ? si, de dos et habillé, tu ressembles globalement à n'importe quel brun, les tatouages sur tes bras ne sont que trop reconnaissables. alors tu préfères menacer. tu peux sans mal le laisser pour mort dans le fond d'une ruelle, sans que personne de chez les silver ne le retrouve avant plus jour, tatouage bien en évidence, ou qu'il soit. tu fronces les sourcils et essayes de scruter le moindre signe d'encre sur sa peau. tu me feras rien, montaigu. absolument rien. parce-que tu as bien trop à perdre. le verre qui claque sur le bar, tu arques un sourcil et l'observes se mêler dans la foule. tu restes la, ton regard bloqué sur sa silhouette, disparaissant dans la foule. soupir sur tes lèvres. il se sent intéressant, exister sans doute, dans sa provocation. tu te tournes vers le barman pour commander un verre, venant le porter à tes lèvres, sirotant le liquide ambré. ton regard qui croise le sien un temps plus tard. tu arques un sourcil en le voyant se rhabiller devant toi. provocateur. tu hausses les épaules en le voyant faire. tu termines ton verre, tu as arrêté de compter. tu l'observes du coin de l’œil. tu soupires doucement et payes ton verre, avant de te redresser et de réajuster ton blouson en cuir sur tes épaules. sortie que tu empreintes bien rapidement, suivant le brun. tu presses le pas, le rattrapant sans mal, agrippant l'arrière de sans manteau, le tirant dans une petite rue non loin du bar. son dos qui rencontre le mur, tes mains agrippant le col de son haut. finis de jouer. tu craches en te redressant pour le surplomber de ta hauteur. regard noir, une mèche de cheveux épouse la forme de ton visage, mais tu t'en contrefiches bien. tu viens lui donner un coup de genoux dans le ventre, resserrant ton emprise sur son haut pour l'obliger à rester un minimum droit. t'as rien à foutre la et vu que tu sembles pas le comprendre, j'vais m'assurer que ça rentre dans ta tête de con. encore faudrait-il que t'arrives à penser avec autre chose que ta bite. tu souffles d'une voix rauque. menaçant. terminé de jouer. ça commence à t'agacer. t'essayes de te persuader qu'il bluff, quand il parle de photos de toi. il ne peut pas, en avoir. t'aurais forcément capté, à un moment ou à l'autre, qu'il était en train d'en prendre. ton regard qui croise le sien, prunelles vertes loin d'être étincelante. regard sombre et fermé. plus que jamais. t'es près à le laisser par terre et en sang, qu'il comprenne ce que ça signifie, que de pénétrer sur votre territoire sans autorisation.

Revenir en haut Aller en bas
Vio Hayes
Voir le profil de l'utilisateur http://shotatthenight.forumactif.com/t992-vio-they-say-only-the-
silver chapel




☾ pseudo : midnight
☾ avatar : tomlinson
☾ querelles : 601
☾ destiny : 29/01/2018
☾ relationship :
ultraviolence; lazio #1 JMbxR0Cultraviolence; lazio #1 SBHXCBu


laz ∞ one night, hate you love you
silver gang ✩ sebastian, even,
montaigu gang ✩ ace, nova, esmée, noa
capulet gang ✩ harpie, silas

code couleur dialogue : [color=#339999]

RP TERMINÉS:
 


ultraviolence; lazio #1 Empty
bang bang
. ✦ ⊹ Dim 4 Fév - 23:06 ⊹ ✦ .
ultraviolence
Laz & Vio

tu joues. encore, toujours. ça t’amuse. t’aimes ça. attraper un inconnu par le col, se retrouver dans un endroit clos, faire vos affaires. le risque de vous faire surprendre à tout moment qui rajoute une note différente au plaisir. tu t’en foutais pas mal de son nom, de sa gueule. tu voulais juste un corps. un rapprochement rapide. un moyen d’oublier le regard vert émeraude de l’autre con de montaigu. c’était la seule chose à faire. t’en es persuadé. puis le mec se relève d’entre tes cuisses. ses lèvres qui se rapprochent dangereusement des tiennes. ton index sur son torse pour l’arrêter. « dégage. » tu lâches froidement. tu te rhabilles rapidement. le mec te regarde perdu. quoi ? il s’attendait à ce que tu l’emmènes boire un verre après ? grosse blague. t’es pas ce genre de pigeon. tu sors des toilettes. ton premier réflexe est de le chercher. lui. par pure provocation. encore. t’es pas parti. t’es resté et en prime tu t’es même fait sucer par un crimson. tu pourrais presque appeler ça une soirée réussie. bleu rencontre vert. vos regards qui se bousculent. un clin d’oeil que tu lui glisses avant de sortir du bar. t’es satisfait. complètement même. tu sais que tu l’as rendu fou. avec tes mots et ton attitude. tu penses que c’est fini, que tu ne le reverras pas avant quelques semaines. comme la dernière fois. puis ton manteau est agrippé par l’arrière. tu grognes. et avant même de voir le visage du con qui ose te toucher, tu te fais pousser contre le mur. son corps qui te surplombe. et tu détestes votre différence de taille à ce moment-là. il est plus grand putain. et tu te sens con à devoir lever les yeux pour croiser son regard. ses mains qui agrippent le col de ton haut. les tiennes qui viennent sur son torse pour le repousser. en vain. « finis de jouer. » qu’il crache. il est vénère le gosse. il n’aime pas jouer apparemment. dommage pour lui, c’est pas lui qui fait les règles. puis un coup dans le ventre. tu couines. douleur. surprise. les deux mélangés. tes mains qui viennent le long de ton corps. il te maintient un maximum droit. « t’as rien à foutre là et vu que tu sembles pas le comprendre, j’vais m’assurer que ça rentre dans la tête de con. encore faudrait-il que t’arrives à penser avec autre chose que ta bite. » il souffle. ses yeux qui s’assombrissent. sa voix rauque qui tremble de colère. tes doigts qui glissent dans ta poche arrière. un sourire sur ton visage. « j’te conseille de dégager tes sales mains, montaigu. » tu lui dis en souriant. il va penser que c’est encore de la provocation. probablement. tu laisses quelques secondes passer. juste pour lui laisser encore la main. attente. puis tes doigts qui attrapent ton couteau. la lame aiguisée qui vient sous sa putain de veste de serpent. sur sa hanche. tu appuies suffisamment pour qu’il saigne. puis ton autre main qui vient pousser son torse pour qu’il lâche prise sur ton col. tu lui fous un coup dans le genou pour qu’il perde l’équilibre et finisse à genoux. devant toi. et ça pourrait être indécent de l’avoir dans cette position en face de toi. dans beaucoup d’autres scénarios. mais pas celui-là. pas maintenant. ta lame que tu poses contre la peau de son cou. ton index qui glisse sur sa mâchoire. « te prends pas pour un petit malin parce-que tu m’as frappé. je connais bien la vermine montaigu. » tu craches. « j’fais ce que j’veux de ma bite et j’viens boire dans le bar que j’veux. » tu dis d’un ton ferme. t’apprécies beaucoup plus d’être chez les crimson. plus drôle. plus palpitant. et t’as plus de chance de le trouver. ça ajoute une petite touche de frisson. « c’est clair ? » tu veux pas lui laisser une chance de répondre. alors tu joues doucement avec ton couteau sur sa peau.
Made by Neon Demon


Dernière édition par Vio Hayes le Mar 6 Fév - 18:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Laz Montaigu
Voir le profil de l'utilisateur http://shotatthenight.forumactif.com/t935-shit-maybe-i-miss-you-
crimson pistols


ultraviolence; lazio #1 Tumblr_mri5p6W6JH1sa9sivo1_500

☾ pseudo : margaux.
☾ avatar : styles.
☾ querelles : 564
☾ destiny : 27/01/2018
☾ territories : south side et sa noirceur. le sud et sa connerie. les crimson pour toujours, sans qu'on pose de questions.
☾ relationship :
★ . ☽ . ❤️ . ☾ . ★


vio; mistake; maybe a little more.
ecco; bff.
ace; césare; abel; nova; azra cousins.
esmée; ebe; sisters.
ainhoa; failed first time; good friend.
atticus; thanks for help. and for let me test drugs.
zélina; friends.
cassandre; like a big sis'

dialogues; darkred
ultraviolence; lazio #1 JMbxR0Cultraviolence; lazio #1 SBHXCBu

rps terminés:
 


ultraviolence; lazio #1 Empty
bang bang
. ✦ ⊹ Dim 4 Fév - 23:43 ⊹ ✦ .

ultraviolence

and we can pick sides


lazio
fair verona
tu ne comptes pas le laisser s'en tirer de cette manière. il pense avoir réussi, il pense s'en sortir comme si de rien n'était. tu l'observes alors qu'il termine dans les toilettes avec un gars que tu connais de vue seulement. un rire manque de s'échapper de tes lèvres, tandis que tu commandes un nouveau verre. tu te mords l'intérieur de la joue, sirotant ton verre durant plusieurs minutes, entamant une discussion à laquelle tu réponds distraitement, de temps à autre, masquant un soupir d'agacement. et puis, finalement. ton regard croise le sien. l'océan de ses yeux. celui dans lequel tu pourrais te perdre. définitivement. mais non, c'est une mauvaise idée. tu arques un sourcil, agacé, quand tu le vois te faire un clin d’œil. et il s'éloigne vers la sortie du bar. tu lui laisses quelques instants d'avance, avant de te décoller du bar pour le suivre. tu ne tardes pas à distinguer sa silhouette et le rattraper, agrippant sa veste pour le tirer dans une ruelle, son corps que tu viens plaquer contre le mur froid et ton corps qui le surplombe sans mal. sérieusement, il serait plus crédible s'il mesurait pas un mètre cinquante. un coup dans son ventre. terminé de jouer. il va terminer par regretter d'être venu ici. ouai. tu comptes bien le faire regretter sa présence sur ton territoire. le sud vous appartient, à vous, les serpents. et les scorpions un peu trop curieux, vous en fait qu'une bouchée. enfin. toi t'es qu'un gamin parmi d'autres. mais tu sais aussi jouer au dur. j’te conseille de dégager tes sales mains, montaigu. tu arques un sourcil. il te fait rire. sinon quoi ? tu te mords l'intérieur de la joue, ton emprise toujours aussi forte sur le col de son haut, tu ne comptes pas le laisser s'en tirer aussi facilement. une injure s'échappe de tes lèvres quand il sort un canif pour te laisser une marque sur la hanche, t'es déstabilise par ça et tu te retrouves au sol sans trop comprendre ce qu'il s'est passé. ton genou qui te fait souffrir et le sang qui imbibe ton t-shirt. blanc. putain. une main que tu poses contre la plaie pour t'assurer que ce n'est pas catastrophique. non. sans doute un avertissement. tu relèves la tête, la lame se posant contre ton cou et tu déglutis lentement. très lentement. te prends pas pour un petit malin parce-que tu m’as frappé. je connais bien la vermine montaigu. j’fais ce que j’veux de ma bite et j’viens boire dans le bar que j’veux. ton regard toujours noir et menaçant, même dans ta posture actuelle. c’est clair ? tu retiens un grognement, tu restes silencieux quelques instants. une idée qui traverse soudainement ton esprit. tu te mords l'intérieur de la joue et prends sur toi pour paraître plus calme. plus docile. tu ne bouges pas, te contentant de respirer calmement pour ne pas terminer la gorge tranchée. tu viens te mordre délicatement la lèvre inférieure et d'une main, tu viens agripper un passant de son pantalon pour l'attirer un peu plus vers toi, ta main glissant dangereusement vers la ceinture de ce dernier pour commencer à la défaire. et tu profites de l'apparente incompréhension du scorpion face à tes gestes pour subtiliser le couteau qui menaçait toujours ta gorge, tu te redresses dans la foulée, lame entre les mains. c'est pas très réglo, ça. tu souffles en arquant un sourcil. tu te rapproches de vio et ton poing rencontre sa joue. une de tes chevalière qui vient écorcher son visage. à toi de faire couler le sang. et sans doute que tu pourrais t'acharner un peu plus encore. tu te contentes de venir plaquer la lame contre son visage, à quelques centimètres seulement de son œil, pressant contre la peau. pas assez pour la couper dans cette position, mais assez s'il vient à faire le moindre mouvement. toi aussi, tu sais jouer à ça. ton corps qui se veut une nouvelle fois surplombant. ne pense pas être le seul à savoir t'y prendre. ça devient lassant. tu souffles, feignant d'être ennuyé par la situation.



••• a ( i ) m e r •••
please me,
show me how it's done
trust me,
you are the one
Revenir en haut Aller en bas
Vio Hayes
Voir le profil de l'utilisateur http://shotatthenight.forumactif.com/t992-vio-they-say-only-the-
silver chapel




☾ pseudo : midnight
☾ avatar : tomlinson
☾ querelles : 601
☾ destiny : 29/01/2018
☾ relationship :
ultraviolence; lazio #1 JMbxR0Cultraviolence; lazio #1 SBHXCBu


laz ∞ one night, hate you love you
silver gang ✩ sebastian, even,
montaigu gang ✩ ace, nova, esmée, noa
capulet gang ✩ harpie, silas

code couleur dialogue : [color=#339999]

RP TERMINÉS:
 


ultraviolence; lazio #1 Empty
bang bang
. ✦ ⊹ Mar 6 Fév - 18:50 ⊹ ✦ .
ultraviolence
Laz & Vio

relation incompréhensible. première rencontre qui finit entre les draps. caresses, baisers, gémissements partagés. peau contre peau. aucun clan. aucune question. simplement une attirance mutuelle. chair nécessaire. puis deuxième rencontre. menaces, insultes, coups. le sang qui coule. rouge qui contraste sur le blanc de son t-shirt. aucun remord. rien. même pas une once de culpabilité quand tu vois le tissu changer de couleur. il reste un crimson au fond. c’est même un montaigu. alors t’es plutôt fier d’être le premier à faire couler le sang. ça te donne confiance. ça te donne l’impression de reprendre le dessus après que ce lâche se la joue rambo à te foutre un coup dans le ventre. ton couteau qui te sauve la vie. encore une fois. arme blanche toujours au plus près de toi. ta survie en dépend. surtout quand tu t’éloignes un peu trop de tes quartiers. et tu jubiles de le voir à genoux devant toi. tu le regardes de haut. tu siffles qu’il n’a aucun pouvoir sur toi. tu le menaces alors que ta lame effleure la peau de son cou. ses yeux verts qui te fixent. tu aurais pu faire pire. tu aurais pu enfoncer le metal dans la peau. réellement. mais tu te contentes juste de l’avertir. tu préfères garder d’autres cartes. tu sais pas ce qui t’attend. t’es prêt à tout avec lui. tu sais très bien que ça peut basculer à tout moment. il est pas con. malgré son apparence de gamin perdu et malheureux, il a un instinct de survie. au moins t’es pas tombé sur le suicidaire du coin. alleluia. tes yeux dans les siens. t’attends son prochain mouvement. tu l’entends grogner. un sourire fin qui apparait sur ton visage. et bizarrement il semble accepter son sort. finalement elle est là sa place. soumis à toi. à genoux devant toi. tête face à tes cuisses. tu te mords la lèvre. il se veut docile. presque résigné. et sa main arrive sur ta ceinture. il commence à la défaire. tu baisses les yeux pour admirer le spectacle. t’avais pas prévu cette suite-là mais ça te plait. complètement. il est entreprenant le gamin. yeux fixés sur sa main droite. tu ne vois pas l’autre qui attrape ta lame. tu grognes. frustré. énervé contre toi-même de tête fait avoir comme un con. il se redresse, tout fier. tu lui ferais bouffer son sourire avec ton poing en prime. « c’est pas très réglo, ça. » il souffle. il se rapproche de toi et son poing finit sur ta joue. douleur immense quand tu sens une de ses bagues sur ton os. tu te mords la lèvre pour étouffer un quelconque bruit de douleur. tu refuses de lui offrir. tu craches du sang sur ses chaussures à mille dollars. cadeau, gosse de riche. il faudra astiquer pour enlever ta trace. ton dos qui finit contre le mur. lame au coin de ton oeil. il presse le metal contre ta peau. tu grognes. « ne pense pas être le seul à savoir t’y prendre. ça devient lassant. » son ton condescendant qui te rend fou. fou de rage. son corps bien trop proche du sien. alors tu fais ce à quoi tu penses sur le moment. tu craches. littéralement. sur sa joue. « va te faire foutre, montaigu. » tu siffles. un sourire mesquin sur le visage. ta main qui vient attraper fermement son entrejambe. tu bouges doucement. suffisamment pour lui faire de l’effet. « et maintenant on fait quoi ? » tu demandes. question purement rhétorique. tu ne comptes pas le laisser choisir. ta main qui vient appuyer un peu plus. ton autre main qui attrape son col pour presser son corps contre le tien. et tu pries pour qu’il soit un minimum adroit et qu’il te rende pas borgne entre temps. « félicitations, dans quelques secondes tu vas bander… » tu souffles tout proche de ses lèvres. tu comptes pas le laisser gagner. tu sais très bien qu’il est capable de penser avec sa queue aussi. et t’attends juste qu’il l’admette. t’es pas sûr qu’il a couché avec un autre depuis la dernière fois. il est forcément en manque. et tu comptes bien l’avoir à l’usure.
Made by Neon Demon


Dernière édition par Vio Hayes le Jeu 8 Fév - 20:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Laz Montaigu
Voir le profil de l'utilisateur http://shotatthenight.forumactif.com/t935-shit-maybe-i-miss-you-
crimson pistols


ultraviolence; lazio #1 Tumblr_mri5p6W6JH1sa9sivo1_500

☾ pseudo : margaux.
☾ avatar : styles.
☾ querelles : 564
☾ destiny : 27/01/2018
☾ territories : south side et sa noirceur. le sud et sa connerie. les crimson pour toujours, sans qu'on pose de questions.
☾ relationship :
★ . ☽ . ❤️ . ☾ . ★


vio; mistake; maybe a little more.
ecco; bff.
ace; césare; abel; nova; azra cousins.
esmée; ebe; sisters.
ainhoa; failed first time; good friend.
atticus; thanks for help. and for let me test drugs.
zélina; friends.
cassandre; like a big sis'

dialogues; darkred
ultraviolence; lazio #1 JMbxR0Cultraviolence; lazio #1 SBHXCBu

rps terminés:
 


ultraviolence; lazio #1 Empty
bang bang
. ✦ ⊹ Mar 6 Fév - 20:36 ⊹ ✦ .

ultraviolence

and we can pick sides


lazio
fair verona
ça te semble hors du temps. c'est bien trop perturbant, comme situation. beaucoup trop perturbante. et tu en viens, parfois, à te demander ce qu'il se serait passé, si tu avais de suite su, qu'il était un scorpion. tu ne sais pas si l'attirance physique aurait été plus forte que le reste ou non et, au fond, tu n'as pas envie d'avoir une réponse à cette question. tu n'as pas envie de savoir si tu aurais délibérément trahi les crimson et ta propre famille par la même occasion. soupir au bout des lèvres. soupir agacé, soupir d'intolérance face à la situation. situation qui dérape bien trop rapidement à ton goût. premier coup, dans le ventre du silver, son canif qui prend bien rapidement part à l'action, rencontrant ta hanche, te laissant siffler une insulte. douleur ou énervement, t'en sais trop rien. la plaie est loin d'être profonde et, hormis le sang qui coule sur ton t-shirt et contre ton pantalon, t'as presque envie de le charrier, lui dire que t'es loin d'être un gamin qui chiale face à un simple coup de couteau. mais t'as du mal à comprendre ce qu'il se passe, ton corps repoussé et un coup dans ton genou qui te fait basculer jusqu'au sol, tes paumes qui heurtent le bitume et s'écorchent contre les quelques gravas. grognement au fond de ta gorge, lame qui menace contre ta peau diaphane. tu relèves lentement la tête, ton regard se braquant au niveau de ses hanches, tes doigts feintant de la déshabiller. il est beaucoup trop idiot. il pense beaucoup trop avec sa bite, puisque tu arrives sans mal à récupérer sa lame, la faisant glisser entre tes doigts, reprenant le dessus. tu te redresses, le plaquant contre le mur, ton poing rencontres sa joue. ta bague, sa pommette, écorchant sa peau sans aucune honte ni aucun remord. tu grognes quand il crache du sang sur tes chaussures et tu arques un sourcil. s'il pense vraiment que tu vas réagir à ça. il est puéril, vraiment. la lame qui tu viens plaquer contre son visage, à quelques centimètres de son œil. ta main libre que tu utilises pour essuyer ta joue. ce gars à un sacré problème avec le fait de cracher sur les gens. va te faire foutre, montaigu. tu arques un sourcil. j'adore ta répartie. vraiment. tu lâches en resserrant ton emprise sur lui. un léger couinement que tu retiens de justesse quand il vient plaquer sa main contre ton entrejambe. ton souffle coupé quelques secondes, ton regard de plus en plus noir et tu prends sur toi pour contrôler un minimum ton corps, ne pas juste, presser tes hanches contre ses doigts. ça lui ferait trop plaisir. et maintenant on fait quoi ? fallait le dire si tu voulais baiser. tu siffles un peu plus difficilement qu'avant. juste pour le provoquer un peu plus. parce que tu restes un petit con, toi aussi. il t'attires un peu plus contre toi et la lame manque de s'enfoncer dans sa peau, geste compensé au dernier moment. félicitations, dans quelques secondes tu vas bander… vos souffles qui se mêlent, vos lèvres à quelques centimètres seulement, sa main toujours entre tes jambes, le contrôle de plus en plus compliqué à garder. putain, faut qu'il bouge ou sinon, ouai, tu vas vraiment terminer par bander. bordel. et sans doute que c'est un peu trop vicieux, comme manière de faire, mais ton visage se rapproche soudainement du sien. tes lèvres contre les siennes, vos dents qui s'entrechoquent et tu viens mordre sa lèvre inférieure. la lame glisse contre sa peau sans couper avant de s'attarder contre sa lèvre, coupant cette fois. le sang qui glisse contre ta propre langue et tu te recules subitement, ses mains quittant enfin ton corps. tu craches le sang qui se trouve encore dans ta bouche à ses pieds, essuyant le coin de tes lèvres avec ton pouce. la lame toujours entre tes doigts. tu viens réajuster ton pantalon à ta taille. principalement pour cacher ton début d'érection. putain. oh, j'ai écorché ta jolie bouche, j'suis vraiment désolé. tu arques un sourcil, un air bien trop innocent et solennel sur tes traits. un rire qui fend ensuite tes lèvres. le goût métallique du sang toujours sur ta langue, bordel, t'aurais bien besoin de quoi te rincer la bouche, parce que c'est dégueulasse, comme sensation.



••• a ( i ) m e r •••
please me,
show me how it's done
trust me,
you are the one
Revenir en haut Aller en bas
Vio Hayes
Voir le profil de l'utilisateur http://shotatthenight.forumactif.com/t992-vio-they-say-only-the-
silver chapel




☾ pseudo : midnight
☾ avatar : tomlinson
☾ querelles : 601
☾ destiny : 29/01/2018
☾ relationship :
ultraviolence; lazio #1 JMbxR0Cultraviolence; lazio #1 SBHXCBu


laz ∞ one night, hate you love you
silver gang ✩ sebastian, even,
montaigu gang ✩ ace, nova, esmée, noa
capulet gang ✩ harpie, silas

code couleur dialogue : [color=#339999]

RP TERMINÉS:
 


ultraviolence; lazio #1 Empty
bang bang
. ✦ ⊹ Jeu 8 Fév - 21:58 ⊹ ✦ .
ultraviolence
Laz & Vio

t’as eu beaucoup trop d’occasion de lui en foutre une. tu aurais pu l’amocher avant même qu’il ait envie d’ouvrir sa grande gueule. mais tu ne l’as pas fait. tu t’es juste contenté de jouer gentiment. le provoquer. jouer avec ses nerfs. et bizarrement t’as pas levé le poing. pas le premier. pourtant t’es jamais le dernier à le faire. tu crois au pouvoir de la violence. l’intimidation par un poing dans la joue. le silence par un coup dans le ventre. la victoire quand l’autre finit à terre. tu maitrises. tu connais. pourtant avec lui, ça n’a pas été ton premier choix. sauf qu’il reste un montaigu. peu importe ses yeux verts, son sourire charmant et son corps bandant. et lui ne t’a fait aucun cadeau. ta propre lame sur ta peau. tout proche de ta rétine. tu sais très bien que t’es pas en position de force. il t’a déjà fait saigner une fois. t’as aucun doute qu’il pourra le refaire. cette rencontre se finira dans le sang. bain de sang. douleur. rage et colère. bien loin de la sensualité et de l’intimité. bien loin de vos souvenirs partagés. et vous pourrez pas faire machine arrière. t’as aucune envie de toute façon. tu comptes pas le laisser gagner. toi aussi t’as des armes. toi aussi tu peux le déstabiliser. et tu as beaucoup plus que tes poings comme argument. tu cèderas pas. tu vaux mieux que ça. putain de montaigu. ta main qui vient se plaquer contre son entrejambe. ton regard dans le sien. tu le sens réagir. légèrement. discrètement. quelle fierté de merde. un sourire fin sur tes lèvres. tu sais très bien qu’il ne l’avouera pas à voix haute. t’as vite compris que c’était quelque chose à taire. son attirance pour les mecs. mais son corps réagira forcément. t’en es persuadé. et tu comptes bien l’avoir comme ça. « fallait le dire si tu voulais baiser. » qu’il te lâche. tu changes pas d’expression. toujours aussi arrogant. toujours aussi à l’aise malgré la lame dangereusement proche de ta rétine. ta main qui vient attraper son corps pour le coller au tien. ton emprise qui se fait plus ferme. tu le provoques encore un peu plus. réaction naturelle qui ne va pas tarder à arriver. il lutte pour ne pas céder. son souffle contre le tien. et tu sais pas son prochain mouvement. tu sais pas ce qu’il va faire. t’es pas convaincu qu’il se laisse faire, qu’il se laisse aller. mais tu tuerais pour le sentir pousser ses hanches contre ta main. et sans vraiment que tu comprennes ce qu’il se passe, ses lèvres qui viennent s’écraser contre les tiennes. trop court. trop violent. frustration. ta règle d’or de ne pas embrasser qui s’effondre. encore. parce-que oui tu ne l’as pas appliqué l’autre nuit avec lui. bizarrement. t’as préféré ignorer ce détail. ta langue qui part à la recherche de la sienne. instinctivement. sa dent qui vient mordre ta lèvre. tu siffles doucement. contact trop proche. trop intime. t’avais pas prévu ça. qu’est-ce qu’il fout ? il a changé d’avis ? la lame qui quitte ton regard puis qui se retrouve sur ta lèvre. il la coupe. sang qui coule. sang qui se mêle à vos langues. douleur qui te fait geindre. puis il se recule, comme brûlé. tu le vois cracher au sol. ta langue qui passe sur ta coupure. « oh, j’ai écorché ta jolie bouche, j’suis vraiment désolé » son air bien trop innocent à ton goût. ta lèvre qui te pique. il n’y a pas été faiblement. c’est creusé. et il te rend fou. fou de rage. tu te jettes sur lui. violemment. précipitamment.« j’vais te buter. » que tu lâches. ta voix rauque qui tremble de rage. tes mains qui attrapent son col. vous finissez au sol. lui allongé, toi au dessus de lui; tes genoux de chaque côté de son torse. ton poing qui vient cogner sa joue. plusieurs fois. « j’vais te buter montaigu. » que tu répètes comme un fou. tu enchaines un, deux, trois coups. il saigne. il va avoir un beau coquard bien vert. et peut-être que ça te suffit. le couteau au sol. plus loin. perdu dans la bataille. tes mains qui viennent attraper ses poignets pour les mettre au dessus de sa tête. tes hanches que tu bouges pour te mettre au dessus des siennes. tu le sens… « tu bandes ?! putain t’es complètement taré. ça t’excite la violence ? » tu cries un peu fort. ruelle vide. personne aux alentours. t’es choqué. puis finalement, tu bouges légèrement au dessus de lui. juste pour t’assurer que c’est bien ce que tu penses. « alors c’est pour ça que tu me fous des pains depuis tout à l’heure, tu veux juste baiser ? » tes doigts qui resserrent leur emprise sur ses poignets pour l’empêcher de bouger. ton visage au dessus de lui. le sang de ta lèvre qui goutte sur son t-shirt blanc. énième trace de ton passage.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Laz Montaigu
Voir le profil de l'utilisateur http://shotatthenight.forumactif.com/t935-shit-maybe-i-miss-you-
crimson pistols


ultraviolence; lazio #1 Tumblr_mri5p6W6JH1sa9sivo1_500

☾ pseudo : margaux.
☾ avatar : styles.
☾ querelles : 564
☾ destiny : 27/01/2018
☾ territories : south side et sa noirceur. le sud et sa connerie. les crimson pour toujours, sans qu'on pose de questions.
☾ relationship :
★ . ☽ . ❤️ . ☾ . ★


vio; mistake; maybe a little more.
ecco; bff.
ace; césare; abel; nova; azra cousins.
esmée; ebe; sisters.
ainhoa; failed first time; good friend.
atticus; thanks for help. and for let me test drugs.
zélina; friends.
cassandre; like a big sis'

dialogues; darkred
ultraviolence; lazio #1 JMbxR0Cultraviolence; lazio #1 SBHXCBu

rps terminés:
 


ultraviolence; lazio #1 Empty
bang bang
. ✦ ⊹ Jeu 8 Fév - 22:47 ⊹ ✦ .

ultraviolence

and we can pick sides


lazio
fair verona
violent par obligation. voilà à quoi se résume ta vie ces derniers temps. c'est comme ça, c'est tout. c'est normal, à night vale. c'est normal de se battre et d'insulter ceux qui vivent dans le nord. c'est normal de frapper pour se faire entendre et respecter. c'est normal d'user des poings. situation qui devient extrême. couteau dans la partie, ta peau coupée, celle de vio qui menace de l'être. tu joues des poings, de ta force, de ta grande taille, des centimètres grappillés pendant l'adolescence. tu le menaces, lame contre sa peau, menaçant de s'échouer dans son œil au moindre mouvement de sa part. et pourtant. sa main contre ton entrejambe, son emprise sur toi, un grognement s'échappe de tes lèvres. pas question que tu lui montres que t'es bien plus perturbé que ce que tu laisses voir. et tu luttes contre ton propre corps pour qu'il ne réagisse pas à cette emprise, pour que tu ne viennes pas bander. tu luttes contre toi-même pour ne pas pousser tes hanches contre sa main, pour ne pas prier pour plus, désespérément plus, putain. mais non. jamais c'est un scorpion. pas question que tu cèdes. pas question que tu te montres faible encore une fois. et ... même quand tes lèvres viennent s'écraser contre les siennes, tu luttes contre tes propres pensées. ruse. encore. il cède, bien évidemment. c'était prévisible, qu'il cède. vraiment. tu profites de ces quelques secondes pour venir couper sa lèvre. qu'il est bête et prévisible, le scorpion. tu t'écartes de lui, sang craché à terre, provocation au bord des lèvres. encore et toujours. t'as abîmé sa jolie bouche. et t'hésites à le provoquer un peu plus. les mots qui ne franchissent pas tes lèvres. elle serait bien belle, sa bouche, autour de ta queue. putain. tu peux pas penser à ça maintenant. tu te mords l'intérieur de la joue. j’vais te buter. tu fronces les sourcils. tu termines sur le sol quand il se jette sur toi. ton dos contre le sol, un grognement de douleur qui s'échappe de tes lèvres. le corps de vio au-dessus de toi. sur ton torse. ses coups à répétition contre ta joue, la douleur qui s'empare de toi et qui se fait bien trop violente. j’vais te buter montaigu. tu essayes. de reprendre le dessus, mais il te plaque sur le sol avec son propre poids et t'as du mal à bloquer ses mains. un grognement de douleur sur tes lèvres, alors que tu sens le sang glisser contre ta tempe et dans tes cheveux. bordel. c'est douloureux. trop. tes mains immobilisées au-dessus de ta tête. le sang dans ta bouche, tu redresses la tête pour cracher le sang dans ta bouche. sur vio. rien à foutre. ses hanches qui bougent au-dessus de toi. et ... putain. t'es vraiment, beaucoup trop dur pour que ce soit ... normal. tu bandes ?! putain t’es complètement taré. ça t’excite la violence ? mais ferme ta gueule, putain de scorpion ! tu craches en tirant sur tes bras pour essayer de te libérer, te débattant contre lui, ton corps bougeant encore plus sous le sien. bordel. et il continue de bouger contre toi. c'est ... c'est trop. alors c’est pour ça que tu me fous des pains depuis tout à l’heure, tu veux juste baiser ? tu le fusilles du regard, le sang s'échappant de sa lèvre glissant contre t-shirt. tu te débats encore plus. dégage. tu siffles, essayant de te redresser, essayant de te défaire de son emprise, tandis que tu redresses soudainement la tête pour tenter tant bien que mal de lui donner un coup avec ton crâne. tu essayes. parce que tu dois te libérer. tu peux pas rester comme ça, avec lui au-dessus de toi. pas dans cet état, pas de cette manière.



••• a ( i ) m e r •••
please me,
show me how it's done
trust me,
you are the one
Revenir en haut Aller en bas
Vio Hayes
Voir le profil de l'utilisateur http://shotatthenight.forumactif.com/t992-vio-they-say-only-the-
silver chapel




☾ pseudo : midnight
☾ avatar : tomlinson
☾ querelles : 601
☾ destiny : 29/01/2018
☾ relationship :
ultraviolence; lazio #1 JMbxR0Cultraviolence; lazio #1 SBHXCBu


laz ∞ one night, hate you love you
silver gang ✩ sebastian, even,
montaigu gang ✩ ace, nova, esmée, noa
capulet gang ✩ harpie, silas

code couleur dialogue : [color=#339999]

RP TERMINÉS:
 


ultraviolence; lazio #1 Empty
bang bang
. ✦ ⊹ Sam 10 Fév - 18:40 ⊹ ✦ .
ultraviolence
Laz & Vio

irrationnel. pensées floues, oubliées. les pulsions qui prennent le dessus. violence, rage. réponse à sa provocation, son air supérieur. ton poing qui frappe contre sa joue. peau qui rougit. peau qui noircit. douleur qui se répand entre tes doigts. phalanges abimées et ensanglantées. regard bleu sur sa peau. fasciné par ce changement de couleur. douleur dans ta main. grognement qui s’échappe de tes lèvres. hématome qui se forme sur sa pommette. visage abimé. visage en souffrance. visage blessé. par un silver. affront ultime pour lui, pour sa famille, pour sa fierté de merde. tu le sens bouger sous toi. il essaye de reprendre le dessus. tes genoux que tu serres contre son torse pour le comprimer davantage. tes mains qui attrapent ses poignets. tu ne le laisseras pas s’échapper. pas cette fois. tu viens les poser violemment contre le bitume. s’il peut être écorché aussi à cet endroit-là de son corps, tu ne dis pas non. ton corps au dessus du sien. ta lèvre qui pisse le sang. tu passes ta langue dessus. picotement léger, picotement brûlant et agaçant. peau coupée, prête à l’infection. son t-shirt blanc, témoin de sa propre violence. tu souris. fier de le voir si soumis. sang encore humide sur sa tempe puis ses cheveux bouclés. il relève la tête et il vient te cracher dessus. tu as un léger mouvement de recul mais tu ne peux pas y échapper. son sang qui vient briller sur ton haut. tu lèves les yeux au ciel. t’es persuadé qu’il a un goût pour le drame, pour le sang et pour le spectacle. comme s’il voulait s’assurer que tu repartes ce soir en ne l’oubliant pas. comme s’il laissait sa trace sur ton corps, tes fringues, ton esprit. tu te mets plus à l’aise au dessus de lui. t’essayes d’équilibrer mieux ton poids pour l’empêcher de se détacher. tes hanches au dessus des siennes. et t’es obligé de lui faire une remarque. forcément. t’apprécies beaucoup trop ta position, sa faiblesse et son corps qui réagit rapidement. « mais ferme ta gueule, putain de scorpion. » qu’il crache. il se débat, il tente de se libérer. tes doigts qui plaquent un peu plus ses poignets contre le bitume. tu fais raper ses phalanges contre le sol. sans scrupule. il n’a pas assez de marques à ton goût. autant qu’il rentre complètement défiguré. alors tu joues encore un peu. tes hanches qui roulent un peu plus contre les siennes. son corps qui se tend à ton contact. ton sang qui tombe sur son t-shirt. insolence perpétuelle. « dégage » qu’il siffle. il ne nie pas. rien. parce-qu’il le sait autant que toi. il le sent et le pauvre con se sent trahi par son propre corps, ses propres pulsions. tu souris. le type de sourire agaçant qui accompagne tes actions les plus stupides. sa tête qui vient se redresser. elle finit contre la tienne. coup de tête. pas aussi violent qu’il l’aurait voulu mais suffisamment pour que tu relâches ton emprise sur ses poignets. « putain mais tu m’fais chier, sérieux. » tu grognes. tes doigts sur ton front, tu viens vite te frotter la peau. tu veux pas de marque. tu veux pas une putain de bosse sur ton crâne à cause de ce con. alors avant qu’il ait le temps de te remettre au sol et de reprendre le dessus, tes doigts viennent déboutonner son pantalon. ils se glissent sous tous les tissus. peau sur peau. ta main sur son membre tendu. tu viens le presser. ton autre main sur son torse pour le garder au sol. mais au fond tu sais très bien qu’il pourrait se dégager s’il le voulait. à lui de voir s’il ne veut pas la suite. elle serait forte agréable pour lui. tu commences à bouger tes doigts. pression exercée. mouvements secs, rapides. aucune douceur ni tendresse. il ne mérite rien de ça. « et maintenant ? tu comptes m’arrêter ? alors que c'est si agréable... » tu souffles. une bulle d’intimité qui vous enveloppe malgré la ruelle, malgré l’extérieur. « t’as quoi d’autre en stock ? un coup de pied dans le dos ? un flingue dans le cul ? » tu lâches, juste pour te foutre de sa gueule. toi ton argument, il est là. juste là. tes doigts sous son jean. tes doigts contre sa peau. son corps qui répond à sa place. alors peut-être qu’elle est là la solution. moins de coups, plus de plaisir.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Laz Montaigu
Voir le profil de l'utilisateur http://shotatthenight.forumactif.com/t935-shit-maybe-i-miss-you-
crimson pistols


ultraviolence; lazio #1 Tumblr_mri5p6W6JH1sa9sivo1_500

☾ pseudo : margaux.
☾ avatar : styles.
☾ querelles : 564
☾ destiny : 27/01/2018
☾ territories : south side et sa noirceur. le sud et sa connerie. les crimson pour toujours, sans qu'on pose de questions.
☾ relationship :
★ . ☽ . ❤️ . ☾ . ★


vio; mistake; maybe a little more.
ecco; bff.
ace; césare; abel; nova; azra cousins.
esmée; ebe; sisters.
ainhoa; failed first time; good friend.
atticus; thanks for help. and for let me test drugs.
zélina; friends.
cassandre; like a big sis'

dialogues; darkred
ultraviolence; lazio #1 JMbxR0Cultraviolence; lazio #1 SBHXCBu

rps terminés:
 


ultraviolence; lazio #1 Empty
bang bang
. ✦ ⊹ Sam 10 Fév - 19:43 ⊹ ✦ .

ultraviolence

and we can pick sides


lazio
fair verona
la soirée est loin de se passer comme prévue. tu voulais simplement boire un verre ou deux, rentrer sagement, te dire que tout irait bien. comme bien souvent, d'ailleurs. mais non. pas ce soir. ce soir, il a fallu que tu tombes sur le scorpion. sur ses cheveux que tu as envie de décoiffer, sur son regard dans lequel tu as envie de te perdre. tu aurais dû faire demi-tour de suite. tu aurais dû savoir que ça finirait mal, que ça ferait mal. mais t'as trop de fierté. t'es un montaigu, tu dois prouver ta valeur, tu dois faire dégager les scorpions trop curieux de ton territoire. et voilà que tu te retrouves cloué au sol par son mètre cinquante, la pression sur ton torse t'empêchant de te redresser pour prendre le dessus et tes poignets se retrouvent épinglés contre le goudron. pas tendrement, ta peau frottant le sol, ta peau se déchirant une nouvelle fois. le sang qui a inondé ta bouche suite à ses coups contre ta joue et ta tempe. le sang qui coule aussi contre ta peau et dans tes cheveux, celui dans ta bouche que tu viens cracher contre son t-shirt. bordel. la douleur qui se diffuse bien trop rapidement, qui te donne envie de lui en foutre autant que ce qu'il vient de faire, mais ton action se perd dans l'étreinte qu'il inflige à tes bras, les poussant un peu plus encore contre les gravas, ne se privant pas d’écorcher un peu plus encore ta peau. et, évidemment, qu'il termine par le sentir. par glisser son corps un peu plus bas, au niveau de tes hanches. évidemment qu'il ne peut s'empêcher une remarque parce que ouai, tu bandes. putain de friction contre toi et putain de réflexe. tu te sens trahis par ton propre corps et, clairement, c'est pas la meilleure sensation du monde. tu lui dis de se la fermer, et, sans doute par pure provocation, ses hanches roulent contre les tiennes. ok, toi t'es pas formaté pour résister à ça. clairement pas. pas quand c'est un mec qui se frotte à toi. gouttes de sang contre ton t-shirt, sa lèvre fendue qui lui fera bien plus mal demain. grand bien lui fasse. quand le mec qui t'a dépucelé se frotte contre toi. ta tête que tu viens redresser, ton front qui s'écrase contre le sien et, franchement, c'est pas grand chose à côté de la douleur qui irrigue déjà tes tempes. il se redresse. son emprise sur tes poignets se défait soudainement. putain mais tu m’fais chier, sérieux. tu vas pour te redresser, ses doigts ayant quitté leur emprise sur toi, te laissant plus ou moins libre de certains mouvements. t'es plus grand que lui, tu peux facilement le choper et ramener la situation à ton avantage, mais le temps de ces quelques secondes d'hésitation, ses doigts se sont glissés dans ton pantalon, sans que tu ne comprennes pourquoi. ses doigts contre toi, se contenant de t'infliger cette pression, celle qui fait plier ton corps et qui brouille ton esprit quelques instants. et un peu plus encore quand sa main bouge. et maintenant ? tu comptes m’arrêter ? alors que c'est si agréable... t’as quoi d’autre en stock ? un coup de pied dans le dos ? un flingue dans le cul ? tu fermes les yeux quelque courtes secondes. ta gueule. dégage. tu souffles, la voix légèrement tremblante, tes convictions se sont faite la malle à partir du moment ou ses doigts se sont posés contre ton entrejambe. tu essayes, pourtant. t'essayes de reprendre le dessus sur toi-même, t'essayes de rassembler tes esprits et d'aligner deux pensées cohérentes. la douleur qui se mêle à se plaisir presque malsain. tu ne pensais pas un jour te retrouver dans cette situation. je te jure que si tu ... putain. tu murmures, ta tête retombant contre le sol, ton corps pliant contre le sien. t'arrives pas. t'arrives pas à lutter. pas cette fois. pas dans cette position. t'as perdu, ce soir.




••• a ( i ) m e r •••
please me,
show me how it's done
trust me,
you are the one
Revenir en haut Aller en bas
Vio Hayes
Voir le profil de l'utilisateur http://shotatthenight.forumactif.com/t992-vio-they-say-only-the-
silver chapel




☾ pseudo : midnight
☾ avatar : tomlinson
☾ querelles : 601
☾ destiny : 29/01/2018
☾ relationship :
ultraviolence; lazio #1 JMbxR0Cultraviolence; lazio #1 SBHXCBu


laz ∞ one night, hate you love you
silver gang ✩ sebastian, even,
montaigu gang ✩ ace, nova, esmée, noa
capulet gang ✩ harpie, silas

code couleur dialogue : [color=#339999]

RP TERMINÉS:
 


ultraviolence; lazio #1 Empty
bang bang
. ✦ ⊹ Sam 10 Fév - 22:47 ⊹ ✦ .
ultraviolence
Laz & Vio

t’as presque envie que quelqu’un débarque, que quelqu’un vous trouve comme ça. un silver qui maitrise le fils montaigu. dans ses propres quartiers. insulte, provocation. tu jubiles. t’es proche de la ligne d’arrivée. t’as quasiment gagné. tu sais que tu peux y arriver. t’es en position de force. ton corps au dessus du sien. il se débat. il joue ses derniers atouts. il tente un coup avec sa tête. réussi mais pas assez de force. suffisamment pour te déstabiliser un instant. tes doigts qui le relâchent. instant d’inattention. mais tu te ressaisis vite. tu l’empêches d’agir. tu sais que sinon t’es mort, que vous pouvez retourner à la case départ s’il se relève et se dégage de ton emprise. il est plus grand. il a un avantage considérable. tes doigts qui glissent contre sa peau. tu joues le tout pour le tout. tu sais très bien que c’est un sujet sensible pour lui. tu sais pas ce qu’il se passe dans sa tête. il est pas publiquement gay ou bisexuel. ça c’est l’unique chose que t’as compris. mais tu sais pas s’il avait déjà fréquenté un mec avant toi. avant la nuit que vous avez partagé l’autre fois. plus tu le regardes et plus tu doutes. il n’est pas sûr de lui quand tu en parles. et il s’agit pas de la crainte que quelqu’un l’apprenne. non, il y a autre chose. alors non, tu penses pas juste avec ta bite quand tu glisses tes doigts sous son boxer. tu penses stratégie. tu sais très bien qu’en agissant comme ça, tu pourras garder le dessus et que ça le déstabilisera bien trop pour qu’il réagisse. et tu ne te trompes pas. ta main qui bouge contre lui. il ferme les yeux. tu sens qu’il résiste. qu’il essaye en tout cas. sa fierté qui continue d’être bien trop présente à ton goût. tous plus butés les uns que les autres ces crimson.  « ta gueule. dégage. » qu’il souffle. sa voix plus tremblante qu’auparavant. il est moins sûr de lui, tu le sens. alors tu persistes. tes doigts qui glissent contre lui. t’attends patiemment qu’il cède finalement. tu sais que c’est qu’une question de secondes. « je te jure que si tu … putain » menace lâchée dans les airs. rien de bien concret. son esprit de montaigu ailleurs. son corps d’homme qui crie son besoin de contact. tu le sens tout relâcher. tête qui retrouve le sol. ses poings qui se deserrent. il rend les armes. juste devant toi. ses muscles qui se décontractent. tes mouvements plus sûrs, plus rapides. tu ne te poses plus de question. t’as son autorisation. et il semble paisible d’un coup. un court instant, il est beau. terriblement beau. ses traits fatigués. ses yeux fermés. sa peau porcelaine. il est jeune, le fils montaigu. et il est apaisé par le simple fait qu’un mec prenne soin de lui. malgré l’endroit sordide. malgré l’heure irréelle. tu t’occupes de lui. tu lui donnes ce dont il a besoin. et tu souris. un discret sourire sur ton visage. parce-qu’il ne lutte pas uniquement contre toi, contre ton nom, contre ton clan. il lutte avant tout contre lui-même, contre son attirance pour les mecs. tu l’entends gémir. tu le vois se cambrer pour pousser son corps contre ta main. alors tu continues. tes doigts qui glissent délicieusement autour de lui. son corps complètement pliant à chacun de tes gestes. et quand tu sens qu’il n’est plus très loin, qu’il est à deux doigts de venir, tu te dégages de lui. main qui s’enlève de son pantalon. tu viens frapper son torse alors qu’il est toujours allongé au sol.  « tu te finiras seul, montaigu. j’suis pas le genre à le faire pour le plaisir d’offrir. » tu siffles sèchement. t’as gagné la partie. montaigu au sol, jean serré, prêt à crier de plaisir. toi, qui te relève, ensanglanté et un peu cabossé. tes doigts qui glissent dans ta tignasse. langue qui glisse sur ta lèvre fendue. tu te barres. tu le laisses là, comme un con. un sourire satisfait sur le visage. vio gagnant, laz au sol.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Laz Montaigu
Voir le profil de l'utilisateur http://shotatthenight.forumactif.com/t935-shit-maybe-i-miss-you-
crimson pistols


ultraviolence; lazio #1 Tumblr_mri5p6W6JH1sa9sivo1_500

☾ pseudo : margaux.
☾ avatar : styles.
☾ querelles : 564
☾ destiny : 27/01/2018
☾ territories : south side et sa noirceur. le sud et sa connerie. les crimson pour toujours, sans qu'on pose de questions.
☾ relationship :
★ . ☽ . ❤️ . ☾ . ★


vio; mistake; maybe a little more.
ecco; bff.
ace; césare; abel; nova; azra cousins.
esmée; ebe; sisters.
ainhoa; failed first time; good friend.
atticus; thanks for help. and for let me test drugs.
zélina; friends.
cassandre; like a big sis'

dialogues; darkred
ultraviolence; lazio #1 JMbxR0Cultraviolence; lazio #1 SBHXCBu

rps terminés:
 


ultraviolence; lazio #1 Empty
bang bang
. ✦ ⊹ Sam 10 Fév - 23:25 ⊹ ✦ .

ultraviolence

and we can pick sides


lazio
fair verona
tu ne sais pas. tu ne sais plus vraiment ce que tu fais dans cette position. par terre, le corps étalé dans la rue, vio te clouant sur le sol, t'empêchant de te redresser et de reprendre le dessus. pourtant, tu n'as pas si bu. un peu, oui, mais tu as trop baissé ta garde. tu te mords l'intérieur de la joue, t'essayes de te débattre, de le faire lâcher, de te dégager et de reprendre le contrôle de la situation. t'essayes de ne pas paniquer parce qu'au fond, c'est possible qu'une onde de panique s'infiltre dans tes veines au moment ou il se rend compte et au moment ou toi, tu prends conscience de l'étroitesse de ton jean. ton corps qui te trahit. encore. une nouvelle fois. tu ne sais pas trop, c'est étrange, pour toi. ses doigts se glissent dans ton pantalon. et, putain, tu n'as absolument aucune idée. tu ne sais pas si tu veux l'attirer plus proche de toi ou le pousser le plus loin possible pour stopper tout ça. t'es partagé entre ta raison et ton corps - tes hormones - qui te hurlent de juste, fermer ta gueule, le laisser faire. t'es pas comme ça, d'habitude. t'arrives à rester de marbre, t'arrives à ne pas paniquer, t'arrives à reprendre le dessus. mais, d'habitude, ce n'est pas un homme qui essaye de te faire plier de cette manière. ton esprit qui abandonne finalement, tandis que tes muscles se desserrent légèrement, que tu lâches prise petit à petit. tu ne peux pas, continuer de lutter. t'es pas capable. pas ce soir. pas face à lui. ton corps plie doucement, cherche un peu plus de contact encore et, merde. n'importe qui pourrait débarquer et te voir dans cet état qui se rapproche de la débauche, comme ça, étalé au milieu de la rue et carrément incapable de résister à une main s'étant glissée dans ton caleçon. et puis. plus rien. un coup sur ton torse, la réalité qui revient te frapper, ou peut-être simplement vio. tu te finiras seul, montaigu. j’suis pas le genre à le faire pour le plaisir d’offrir. tu fronces les sourcils, tandis qu'il s'est déjà éloigné, que sa silhouette se dessine au loin. et il ne te faut que quelques secondes pour te redresser, ta tête tournant, le sang glissant contre ta tempe un court instant. ton pantalon réajusté, une injure sur les lèvres. et, putain. tu peux pas être aussi con, si ? t'es juste un putain de gamin qui a laissé ses hormones parler, est-ce qu'on peut vraiment te blâmer de tout ça ? sans doute pas. mais dans ce monde, night vale, dans ton monde, si. on peut te blâmer. tu ne perds pas ton temps pour déguerpir, après avoir récupéré le canif du scorpion. après avoir rangé la lame et glisser l'objet dans la poche de ta veste. quelques minutes. c'est ce qu'il te faut pour arriver jusqu'à chez-toi et claquer la porte de ton appartement derrière toi. tu retires rageusement tes vêtements, sifflant de douleur en sentant la plaie à ta hanche te lancer. tu termines nu et te glisse sous un jet d'eau brûlant, relevant la tête pour laisser l'eau frapper ton visage, nettoyer le sang y ayant séché. tes propres mains glissent sur ton corps, s'y attardent, alors que tu fais exactement que vio voulait. te finir. tension accumulée depuis bien trop longtemps. qu'il ne se réjouisse pas longtemps. peut-être que tu lui as accordé cette victoire. et p'être que rien ni personne ne peut prévoir vos prochaines rencontres, mais tu ne comptes pas laisser les choses en l'état.

FIN.




••• a ( i ) m e r •••
please me,
show me how it's done
trust me,
you are the one
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

ultraviolence; lazio #1 Empty
bang bang
. ✦ ⊹ ⊹ ✦ .
Revenir en haut Aller en bas
 
ultraviolence; lazio #1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SS Lazio Rome
» [Hors Forum] Lazio - Brisigonza

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☾☾☾ give me a shot at the night :: Corbeille :: RPs terminés-
Sauter vers: