AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 Le poids du passé ft. Axiane & Orphea

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://shotatthenight.forumactif.com/t1053-axiane-c-mama-s-a-gan
capulet



b a d d e s t. m o t h e r.
AND I'M ABOUT TO MAKE IT CLEAR.







☾ pseudo : JΛCQUELYN. ou Jacques pour les intimes. Jacky les week-end, Maman pour les enfants, mais Madame Capulet (sa sainteté) pour les Montaigu (et Alexis). Mama Capupute. Memes Queen. Warden Capulet. Gardienne Capulet. Acid-Queen. Grempulette. Queen-B. Milf. Badass Mom. Queen Capulet. M'mam. Queen.
☾ avatar : Mädchen Amick, queen of everything.
☾ querelles : 302
☾ destiny : 02/02/2018
☾ territories : ☞ Elle ne vit peut-être plus du côté sud de la ville, elle n'en porte peut-être plus les fringues, ni le parfum, mais l'on ne saurait ignorer la réalité ; les serpents ne se débarrassent pas de leur peau aussi facilement.
☞ Elle habite dans la villa des Capulet depuis 1995, auprès de ses cinq enfants, de son mari et de tous les autres membres de la ruche familiale.
☾ dustland dreams : ☞ elle a cette hantise que ses enfants (surtout sa Orphea) ne fasse les mêmes erreurs qu'elle à leur âge ; c'est en partie pourquoi elle est si dure et intransigeante avec eux.
☞ elle n'a jamais cru à l'amour au premier regard ; c'est pourtant ce qu'elle a ressenti à la naissance de tous ses enfants.
☞ elle rêve d'un jour voir toute sa famille réunie sous le même toit : Melchior, elle, Fidelio, Oprhea, Bonnie, les jumeaux et Harvey.
☾ relationship : ☞ Melchior Capulet, husband.
☞ Fidelio Capulet, son.
☞ Orphea Capulet, daughter.
☞ Bonnie Capulet, daughter.
☞ Silas Capulet, nephew.
☞ uc.

bang bang
. ✦ ⊹ Lun 23 Avr - 12:53 ⊹ ✦ .

le poids du passé.

ft. Axiane & Orphea


present days, mid-afternoon (around 16h45 pm)

« Bonjour, ma chérie », salua Axiane sur le pas-de-la-porte, rayonnante et tout de bleu vêtu, les bras chargés de petits plats encore fraîchement sortis du four. Elle avait cuisiné les repas préférés des jumeaux une bonne partie de l'avant-midi avec, sachez-le, une excitation frétillante et contagieuse à l'idée de revoir ses aînés ; c'est que depuis le départ de Fidelio et Orphea de la villa familial, le cœur de la Mère des abeilles avait été rongée et hantée par tous les fantômes de ses propres enfants. C'est que la Capulet avait appréhendé ce jour fatidique de 1997, quand ils avaient exprimé avec véhémence leur entrain à vouloir marcher seuls à travers le jardin. Ils ne sauraient alors jamais – et n'auraient probablement pas aimé savoir – à quel point alors les savoir grandir était un travail de deuil permanent au cœur d'un parent. C'est qu'aux dépends de cette magnifique jeune femme de vingt-et-un ans qui se tenait devant elle, Axiane s'imaginait encore cette petite fille blonde, l'air espiègle et potelée, toujours flanquée de son jumeau tout maigre à la crinière tout aussi étincelante. « Ton frère n'est pas là? », demanda-t-elle en s'étirant le cou, espérant apercevoir sa silhouette, quelque part, par-delà l'épaule de sa fille, dans le décor lointain de leur nouvelle habitation. Son regard croisa celui d'Orphea et  Axiane lui lança un sourire maladroit qui n'était en fait que la contraction de ses lèvres ; déçue, elle se rappelait qu'elles avaient brièvement parlé au téléphone ce matin et qu'elle était confuse de ne pas lui avoir demandé si Fidelio serait présent ce soir. Elle aurait aimé leur présenter des excuses (à sa manière, car Axiane Capulet n'exprimait, directement, jamais de regrets) en tête-à-tête au cours d'un repas. La présence de Melchior ne lui était pas nécessaire, puisque tous savaient que les réprimandes parentales avaient été orchestré, ce soir-là, par nul autres que les exigences draconiennes de la matriarche.

Se rendant compte qu'elle affichait un sourire niais, la Capulet se dépêcha de dissiper le silence qui s'était insinué inutilement entre elles. « J'espère que tu as faim ; je  vous ai préparé une lasagne, un gâteau au chocolat, un crumble aux pêches, un gratin dauphinois, un pot au feu et une tourte à la viande... » Elle avait soudain l'impression, en énumérant tout ce que contenait les sacs, qu'elle avait exagéré. Alors elle chercha naïvement à rattraper le tir. « Ça vous en fera plus pour vous camarades et vous ; et vous pourrez congelés ce que vous ne manger pas pour plus tard. Ça se conserve très bien dans le congélateur. » Sur ses entre-faits et finalement invitée à la suivre jusque dans la cuisine, Axiane retint un soupire de soulagement, ayant redoutée jusqu'à la dernière seconde que sa Princesse n'ait finalement changé d'idée. Pénétrant dans la somptueuse, mais plus moindre villa de sa progéniture, Axiane remarqua la propreté des lieux ; elle se trouvait fière, maintenant qu'elle le constatait (pouvant ainsi chasser les présomptions cauchemardesques et bordéliques que son esprit s'était de lui-même construit) que ses enfants aient été capable de tenir leur milieu de vie propre et habitable. Elle se retint bien de lui faire la remarque sur quelques détails, néanmoins, qui la chicotait ; elle n'était pas ici pour la critiquer, mais pour renouer les liens qu'elle avait maladroitement laissé se détériorer avec sa fille. Une fois dans la salle à manger, Axiane entreprit machinalement de vider les sacs pour ranger les plats dans le réfrigérateur, zieutant, mine de rien, le contenu de leurs courses. Elle était presque désappointée de n'y voir que très peu de fruits et de légumes, mais encore encore une fois, elle préféra en taire la remarque tout en refermant la porte de l'imposant électroménager. « J'adore ce que vous avez fait de la décoration ; c'est très original. » Original avait été le mot qu'elle avait trouvé pour ne pas souligner ce curieux mélange de couleurs et de nuances qu'elle n'aurait jamais toléré dans la villa. C'était le mot qu'elle avait laissé s'exprimer pour ne pas la blesser ni la vexer.

« Je suis très contente que tu aies accepté que je vienne vous visiter, ton frère et toi. » Le sourire qu'elle laissait à l'instant lui scinde le visage, lui, ne mentait pas, puisque la mère de famille ne s'était jamais sentie aussi morcelée qu'à cet instant où sa progéniture et elle ne partageaient plus le même toit. Leur départ de la villa avait été si précipité qu'Axiane en avait difficilement fait le deuil et Melchior lui avait bien fait remarquer que cet espoir dérisoire de pouvoir les convaincre de rentrer à la maison la peinerait plus encore que s'en faire définitivement une raison. « Il s'est passé tout un tas de choses depuis votre départ, se lança-t-elle d'un nouvel entrain, et en faisant le ménage de mes cartons, j'ai retrouvé des photos de Fidelio et toi lorsque vous étiez petits. Elle farfouilla fougueusement dans son sac à main jusqu'à qu'elle ne lâcha un hoquet de contentement. tiens, regarde lui tendant la photo, dont elle avait préalablement veillé à pourvoir d'un encadrement. On y voyait les jumeaux, assied sur la banquette rouge du Tom's Diner dont l'on constatait, à la vue de se clicher, que la décoration était restée la même, la frimousse barbouillée de crème fouettée et de chocolat : c'était le jour de votre sixième anniversaire. Je vous avais amené au Tom's Diner et vous avais laissé choisir le Milkshake de votre choix. Et vous aviez choisi le Milkshake le plus gigantesque au menu. » Son sourire n'avait toujours pas disparu, s'étirait plus encore alors qu'elle se sentait momentanément gagné par la même plénitude que ce jour-là, à l'instant même où elle avait figé cette image à travers une photographie. Elle remarquait tout aussi cruellement que c'était à cette banquette, que quelques mois plutôt, elle avait rencontré son lonesome fils, Harvey Morgan, et qu'elle n'avait jamais partagé ce même instant de complicité qu'avec ses autres enfants. Ce fils dont elle n'avait toujours pas révélé l'existence à l'ensemble de sa progéniture légitime et dont elle n'avait pas plus l'intention de s'en confier. C'est que pour la transparence, on en repassera!

Gagné par le sentiment d'inconfort qu'aurait pu faire momentanément naître le soupçon, la mère de famille se retourna comme une girouette, prête à passer à une autre étape. « Tu as faim? ; c'est qu'on a une lasagne qui nous attend et qui ne mérite pas que l'on laisse refroidir! »

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
capulet




"Je brise les rêves et les cœurs mais j'ai un bon fond, promis. Je voulais plus d'air, plus de distance, j'en ai juste un peu trop mis."

☾ pseudo : Hellbound
☾ avatar : Lili Reinhart
☾ querelles : 369
☾ destiny : 03/10/2017
☾ territories : Northside.
☾ dustland dreams : Orphea a souvent la tête dans les nuages, où les étoiles dessinent de belles promesses dans son esprit. Errant sans âme, elle a simplement envie de se trouver dans une quête qui lui rendra son ombre déchue. Orphea, elle voit grand, elle voit large et elle veut tout faire pour sortir des Enfers si son cœur brisé est assez fort pour la porter vers le succès.
☾ relationship :

Daemon ☾ "Ils étaient unis par un fil qui ne pouvait exister qu'entre deux individus de leur espèce, deux individus qui avaient reconnus leur solitude dans celle de l'autre".


Fidelio ☾ Twin, best part of me.

Bonnie ☾ Baby sister.
Axiane ☾ Mother, queen of the bees.
Melchior ☾ Father, king of the bees.
Raven ☾ Cousin
Harvey ☾ Hidden brother
Alexis ☾ Competition and sarcasm.
Laz ☾ services

bang bang
. ✦ ⊹ Sam 28 Avr - 9:54 ⊹ ✦ .

le poids du passé.

ft. Axiane & Orphea


present days, mid-afternoon (around 16h45 pm)

Cela faisait quelques temps qu’Orphea et Fidelio avait emménagé dans leur nouvel havre de paix qui obéissait à leurs règles. Elle avait eu envie de s’émanciper, sans pour autant couper les ponts avec sa famille, mais tout comme son frère jumeau, elle avait besoin de prendre ses distances pour avoir plus de recul sur certaines situations. Elle avait eu l’impression d’étouffer dans la villa. Trop de règles. Trop de pression, qui l’avait conduit peu à peu à déchanter et à se poser des questions sur le réel rôle qu’elle tenait dans sa famille. La blonde avait simplement espéré trouver sa vraie identité, mais avec ses parents ce n’était pas possible. Elle portait toujours un masque qui d’ailleurs, finissait par lui coller à la peau. Elle ne se reconnaissait plus, alors, elle avait accepté de suivre Fidelio. Ce n’était pas une énième rébellion, c’était justement dans le but d’éviter ça à tout le monde.

Elle faisait ses devoirs, allongée dans son lit king size lorsqu’elle entendit quelqu’un sonner à la porte. Orphea savait déjà de qui il s’agissait. Elle traversa le couloir, descendit les marches avant de reconnaître sa mère par la porte-fenêtre.

- Bonjour mère, souria-t-elle légèrement. Vous voulez de l’aide ? Demanda-t-elle en faisant référence à toutes les boites qui s’empilaient sur ses bras.

Elle était quand même contente de la voir. Cette mère qu’elle savait détester, tester mais surtout aimer. Elle avait un profond respect pour elle, et même si leur relation se jouait beaucoup sur l’ambivalence, Orphea ne restait pas moins proche d’elle.

- Non, il est sortie quelques minutes avant votre arrivée.

Sentant l’inquiétude et la déception de sa mère, elle désirait la rassurer :

- Mais il va bien, ne vous inquiétez pas.

Elle l’entraîna à l’intérieur et l’attira dans la cuisine où Orphea l’aida à décharger toute la bonne nourriture que sa mère lui avait concocté. Il était vrai que la blonde ne savait pas cuisiner aussi bien qu’elle, parce qu’elle n’avait jamais vraiment aimé ça.

- Il ne fallait pas, mère ! Mais c’est très gentil d’entretenir le gras que j’ai en surplus sur le corps, lança-t-elle, amusée.

Elle disait ça sur le ton de la rigolade, mais Orphea était plus que sérieuse : elle arrivait toujours à se voir toujours plus enrobée qu’elle ne l’était en réalité. En sentant la bonne odeur des plats qui arrivaient jusqu’à ses narines, elle s’imaginait déjà en train de dévorer tout ça, puis de se détester pour enfin tout expulser. Comme si cet acte la blanchissait pour ce crime qu’était de manger.

- Merci, c’est la touche Fidelio et Orphea, souria-t-elle.

En réalité, comme les jumeaux étaient sur la même longueur d’ondes, il n’y avait pas eu beaucoup de prises de tête au sujet de la décoration.

- Ca me fait plaisir de vous voir aussi, je dirais à Fidelio que vous êtes passée, dans tous les cas, il va le remarquer aux vues de tous les plats qui ont envahis le frigo! Affirma-t-elle.

Puis la mère de famille lui confia qu’il s’était passé beaucoup de choses depuis leur départ, et ressortit de vieilles photos d’eux. Elle ne pût s’empêcher de rire en voyant la tête de son frère.

- Il a pas trop changé en fait, il a toujours une tête de bébé, plaisanta-t-elle.

Fidelio, c’était vraiment la coqueluche d’Orphea. C’était celui dont elle était le plus proche et qu’elle aimait le plus charrier sans aucune méchanceté. Lorsque sa mère parla de lasagnes, son coeur s’était mit à battre plus vite. Il ne fallait pas qu’elle abuse. Il fallait qu’elle se contrôle, afin de ne pas devoir culpabiliser devant sa mère qui n’avait jamais été au courant de ses problèmes avec l’alimentation.

- J’ai mangé il y a pas longtemps, donc je n’ai pas super faim mais je peux en prendre un petit bout pour vous faire plaisir, ajouta-t-elle.

Son ventre criait famine mais sa tête lui criait de s’affamer.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://shotatthenight.forumactif.com/t1053-axiane-c-mama-s-a-gan
capulet



b a d d e s t. m o t h e r.
AND I'M ABOUT TO MAKE IT CLEAR.







☾ pseudo : JΛCQUELYN. ou Jacques pour les intimes. Jacky les week-end, Maman pour les enfants, mais Madame Capulet (sa sainteté) pour les Montaigu (et Alexis). Mama Capupute. Memes Queen. Warden Capulet. Gardienne Capulet. Acid-Queen. Grempulette. Queen-B. Milf. Badass Mom. Queen Capulet. M'mam. Queen.
☾ avatar : Mädchen Amick, queen of everything.
☾ querelles : 302
☾ destiny : 02/02/2018
☾ territories : ☞ Elle ne vit peut-être plus du côté sud de la ville, elle n'en porte peut-être plus les fringues, ni le parfum, mais l'on ne saurait ignorer la réalité ; les serpents ne se débarrassent pas de leur peau aussi facilement.
☞ Elle habite dans la villa des Capulet depuis 1995, auprès de ses cinq enfants, de son mari et de tous les autres membres de la ruche familiale.
☾ dustland dreams : ☞ elle a cette hantise que ses enfants (surtout sa Orphea) ne fasse les mêmes erreurs qu'elle à leur âge ; c'est en partie pourquoi elle est si dure et intransigeante avec eux.
☞ elle n'a jamais cru à l'amour au premier regard ; c'est pourtant ce qu'elle a ressenti à la naissance de tous ses enfants.
☞ elle rêve d'un jour voir toute sa famille réunie sous le même toit : Melchior, elle, Fidelio, Oprhea, Bonnie, les jumeaux et Harvey.
☾ relationship : ☞ Melchior Capulet, husband.
☞ Fidelio Capulet, son.
☞ Orphea Capulet, daughter.
☞ Bonnie Capulet, daughter.
☞ Silas Capulet, nephew.
☞ uc.

bang bang
. ✦ ⊹ Dim 29 Avr - 19:18 ⊹ ✦ .

le poids du passé.

ft. Axiane & Orphea


present days, mid-afternoon (around 16h45 pm)

« On peut grandir et même vieillir, ma chérie, déblatéra-t-elle, agrippant entre deux griffes doucereuses le menton de sa progéniture, mais pour sa maman, on est toujours un petit-enfant. ponctuant cette citation de caresses du revers de son pouce, elle ajouta, gonfler de l'affection que seule une telle intimité avec sa fille lui prodiguait : Tu es devenue une magnifique jeune fille, Orphea, et je n'ai jamais eu la chance de pouvoir te dire à quel point je suis fière de toi. Sa dextre glissa jusqu'à cet avant-bras qu'elle flatta précieusement, jusqu'à ces doigts d'enfants qu'elle enferma entre les siens, comme  une huître autour d'une perle. Tes frères, ta sœur et toi êtes mes trésors les plus précieux en ce monde et je regrette si tu as jamais pu pensé que ce n'était pas le cas. Elle n'était très certainement pas la mère la plus facile à vivre à Night Vale ; quand la Capulet ne les surveillait pas étroitement, elle les maternait probablement trop en leur cachant des vérités plus incriminables encore dont ils étaient sans doute tous en âge d'entendre. Sauf que ses secrets les plus enfouis, ceux qui la rattachaient au Southside, au Five Fingers et aux Crimson Pistols demeuraient inavouables, sitôt qu'elle était une abeille et la mère d'une nichée dévouée à leur couronne. C'est que pour eux, la Blonde aurait porté tout le poids du monde, si ce n'avait été que Dieu ne l'ait pourvu que de deux mains et d'une mortalité handicape. Alors, leur mentir depuis presque deux décades avait été la seule solution qu'elle avait trouvé pour les protéger, tous. Melchior le lui avait apprit, et c'était sans doute le plus beau cadeau qu'il lui avait jamais fait après leurs enfants : cette capacité de manipuler les uns pour protéger les autres. Mentir pour fuir à jamais ce reflet dans le miroir, mentir pour ne pas décevoir et se fondre à jamais dans le décor. Rongée par ses remords insensés, elle qui se convainquait éperdument de faire la bonne chose, referma un peu plus, et inconsciemment, sa poigne autour des phalanges de sa fille. J-j'au... j'aurais aimé que ton frère et toi ne quittiez pas la Villa à cause de moi. J'aurais aimé vous garder auprès de moi un peu plus longtemps. » C'est qu'ils n'avaient que vingt-et-un ans, et qu'à leur âge, elle avait quitté sans doute trop brusquement la porte de l’innocence, tout juste mère de trois enfants. Cette illusion qu'elle avait pensé se trouver, sans savoir où aller...

Le sourire s'étant estompé de son visage, Axiane se ravisa soudainement, mécontente de se laisser gagner par les regrets et la mélancolie alors qu'elle avait tout pour elle la plus précieuse de ses princesses. Aussitôt alors, elle redressa les épaules et la nuque, automate, comme seul une Capulet savait le faire : « Eh bien, ne mangeons pas tout de suite. Attendons ton frère ; il aura sans doute très faim quand il rentrera. L'idée de partager un repas en tête-à-tête avec ses aînés la ravissait plus encore, eux qui lui avaient fait croire successivement à l'amour au premier regard. À cette perceptive, son visage rayonnait et son enthousiaste raviver de sa flamme initiale. Tu pourrais me faire visiter ton nouveau chez-toi, qu'en penses-tu? Cette maison ne se résume sûrement pas qu'à cette cuisine. À ne pas douter, pourtant, que la Mère de famille avait zieuté sur internet et les site web des agences immobilières de la ville l'architecture de cette habitacle et visiter virtuellement chaque recoin de cette maison. À coup sûr, elle n'aurait jamais toléré que sa progéniture n'habite un endroit qui ne lui rendait pas justice, n'en témoignait que ce pauvre Melchior qui avait passé des heures, que dire des jours, à convaincre son épouse que leurs enfants pouvaient vivre dans leur propre demeure. Je suis déjà contente de voir que ton frère et toi partagiez le même sens du raffinement que moi et que vous tenez pas de votre père ; c'est qu'il  n'a  jamais été capable d'agencer correctement cravates et chemises. Elle le lui disait sur le ton de la blague C'est même la première chose que je lui avais fait remarqué lorsque nous nous étions rencontrés au Lycée. » Melchior, le prince des abeilles, qui  avait osé courtiser au nez de sa famille une Southsider qui, disait-on, était portée disparue depuis 1994, année à laquelle, dans les commérages familiales, Axiane Gatsby, dernière héritière d'une richissime famille originaire d'une ville voisine, était débarquée en Ville. Ces Gatsby dont on ne trouvait rien dans les archives municipales, sinon, qu'ils furent décimés par un incendie dans les années 80, à l'exception de leur fille.

Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

bang bang
. ✦ ⊹ ⊹ ✦ .
Revenir en haut Aller en bas
 
Le poids du passé ft. Axiane & Orphea
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☾☾☾ give me a shot at the night :: a shot at night vale :: Nord :: Habitations-
Sauter vers: