AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 turn off the light | blanche

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://shotatthenight.forumactif.com/t194-but-the-horror-the-hor
capulet


J'veux un monde avec que des miroirs; Une radio qui passe que ma musique; Vous avez besoin d'un sauveur mais moi, je veux que m'amuser; J'étais déjà bien égocentrique; Quand j'avais dix balais de moins; Ça vous dit pas d'être un peu plus stylés ? J'en ai marre de parler de moi. - Lomepal


☾ pseudo : mohnstad (jomily, emy)
☾ avatar : tarjei sandvik moe
☾ querelles : 559
☾ destiny : 29/09/2017
☾ territories : Dans l'immensité nordique du territoire Capulet. Vomissant l'opulence qu'il accueille comme la vieille amie qu'elle est. Géante villa, gigantesque vie.
☾ dustland dreams : Il veut tout, devenir le plus grand, aspirer au pouvoir et dorer encore, le blason de sa famille. Jusqu'à en crever.
☾ relationship :

Axiane Capulet - Mother
Orphea Capulet - Twin sister
Bonnie Capulet - Little sister
Raven James - Cousin
Silas Capulet - Cousin
Alexis Davis - Pain lover
Abel Montaigu - Ennemi, chantage
Ace Montaigu - Nemesis




du er ikke alene



bang bang
. ✦ ⊹ Mar 6 Mar - 18:52 ⊹ ✦ .

Si je dois déménager, Orphea doit rester avec moi. Je suis désolé de pas être à la hauteur. J’irais parler aux fidèles demain. Mère est d’une naïveté déconcertante sous ses airs de femme autoritaire et puissante. Je fais de mon mieux. Flots de pensées qui traversent son esprit tandis qu’il fixe son paternel avec parcimonie.  Il va trop vite ou pas assez, dans cette vie qui l’accable. L’air lui pèse, un cœur lourd qu’il n’arrive pas à supporter. Mais encore une fois, inlassablement, il se tait, écoute ce qu’on a à lui dire. Sa nuque se raidit et il acquiesce, toujours. Et il acquiesce maintenant. En face de son père qui déblatère sur la prochaine meilleure façon de bourrer le crâne naïf des fidèles de Night Vale. Veston boutonné et boutons de manchettes en argent. Il le fixe avec attention. Sans jamais répondre. Le liquide dans son verre diminue plus que de raison. Orphea, plus transparente en face de lui. « Père, il me semble que je vous ai déjà assez montré que je n’ai qu’une parole. », s’autorise-t-il à répondre quand celui-ci mentionne l’importance cruciale de leur discrétion à l’avenir. Il sait très bien qu’un autre échange musclé et sanglant serait inutile et stupide. Même s’il ne se montre pas plus enthousiaste que cela, il n’a jamais eu l’audace de se rebeller contre l’institution. Et il n’en a pas envie pour autant. S’il leur père ne dirigeait pas leur vie et la vie des autres, il s’en trouverait bien perdu. Enfance, dirigée dans tous ses aspects. L’innocence. La malchance d’être un enfant sensible dans cette famille où tout va mieux quand on parle avec les poings. Mais la sensibilité bien envolée, depuis bien longtemps, il se lève de sa chaise respectueusement quand son père lui fait signe de le faire. Il dépose un baiser sur le front d’Orphea et se dirige vers l’armurerie.

Les armes bien figées dans son holster d’épaule, le costume bleu marine à cinq mille balles sur le dos, il s’envole au volant de sa Veneno Roadster. Près à en découdre avec le Wonderland, endroit trop familier où il est chez lui et où il veut s’abandonner. Il entre sans rien demander dans l’endroit bruyant, on le reconnait que trop. Il est déjà tard, les âmes sont déjà bien éméchées. Et lui, il l’est pas assez. Alors il cherche dans sa poche de costume de quoi plonger un peu. De la poudre qu’il applique consciemment sur ses gencives.  Avant de se diriger vers le bar en passant devant tout le monde. « Comme d’habitude. » On lui balance un whisky fissa. Et il scrute la foule d’un œil bleu à la recherche de la distraction de la soirée. Il voit déjà les filles qui veulent une soirée à l’œil. Ces grognasses inintéressantes. Il dit pas qu’il en profite pas, il le fait que trop. Mais, ça le lasse et il arrive plus à contenir, cet ennui, insupportable. Mais y’a son regard qui est bien vite attiré par une chevelure blonde, presque… Blanche. Pas d’ennui pour ce soir donc. Il a encore quelques vestiges de la dernière soirée qu’il a passé avec elle sur le visage. Un reste d’œil au beurre noir, tout ça parce qu’il a jugé bon d’évacuer la frustration du rejet de Blanche en trainant tout seul dans le Sud. Et qu’il est tombé sur des ennemis. Forcément, ces tapettes, qui se pensent bien fort à plusieurs. Quand ils ne sont rien que des rats d’égouts. Fidelio arrive dans le dos de la blonde, glisse une main sur son bras nu et murmure dans son oreille, « T’es venue me chercher, je te manquais trop ? ». Il lui susurre ses mots comme dans un souffle. Au milieu du tumulte des débauchés.


❝Mémoire-L'eau claire; comme le sel des larmes d'enfance❞ L'assaut au soleil des blancheurs des corps de femmes ;la soie, en foule et de lys pur, des oriflammes sous les murs dont quelque pucelle eut la défense .


Dernière édition par Fidelio Capulet le Mer 14 Mar - 23:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://shotatthenight.forumactif.com/t1180-bleach-blond-baby-bla
crimson pistols



BLANCHE BERYL BONENFANT


☾ avatar : dove (face de bébé) cameron.
☾ querelles : 117
☾ destiny : 13/02/2018
☾ relationship :

laz - fake lover
jeza - girl gang + highschool friend


bang bang
. ✦ ⊹ Sam 10 Mar - 13:09 ⊹ ✦ .

Elle danse, Blanche. Elle s’amuse la blonde. Au milieu des enfants débauchés qui dansent n'importe comment, elle oublie combien sa petite vie a Night Vale est pathétique, remuant elle aussi ses hanches sur une musique qu’elle n’écouterais pas en temps normal et portant une robe dans laquelle elle se sent être une autre personne. Elle essaye de ne pas se poser trop de questions, juste de se laisser porter par le moment. Elle essaye de profiter de son amie qu’elle ne voit jamais, car le nord et le sud se mélange rarement. Elles dansent, et boivent, même si Blanche est un peu retissante depuis sa dernière expérience au QG des Crimson Pistol. Mais cette fois elle porte un couteau, caché entre sa robe rouge et ses sous-vêtements. Elle sent la pointe lui meurtrir la peau de temps en temps, mais ça la rassure car au mois cette fois elle aura de quoi se défendre si on tente à nouveau d’abuser d’elle ; pas besoin d’un homme pour le faire à sa place. Et ce, même si elle est bien contente que Laz soit arrivé pour l’aider...
Blanche continu à danser, à boire, à se coller tout près de son amie, plus près que les hommes n’osent le faire, d’une façon qui serait sexuelle si les deux filles n’étaient pas habillées. Mais le seul but de cette parade est de s’amuser. Elle ne pense pas aux regards des autres, surtout pas à celui des hommes qui les épient. Surtout, pas, à celui de Fidelio qui vient de poser sur elle alors qu’elle ne l’as pas vu entrer dans la boîte. Il arrive dans son dos, comme un prédateur avec sa proie. Oh oui, Blanche est totalement une proie pour lui, elle le sait. C’est un chat et elle un petit oiseau : elle peut s’échapper de ses griffes en un battement d’ailes, mais elle redoute le jour où il sera plus rapide, plus fort, et où elle finira entre ses crocs. Espérons qu’elle utilise correctement ses ailes avant qu’il ne lui arrache toutes ses plumes. Elle sent une main glisser sur son bras, et une voix qui murmure à son oreille : « T’es venue me chercher, je te manquais trop ? ». La Blonde reconnaît la voix, sa voix, directement, mais reste surprise malgré le fait qu’elle soit sur son territoire. Alors elle continue à danser comme si de rien était, mais se retourne vers lui et cherche quelques secondes la bonne réponse, tout en jetant un coup d’œil à son amie qui part soudainement se chercher de quoi remplir son verre. Elle hésite entre trois réponses : « oui » audacieux, mais faux, « non » trop honnête, et « peut-être » qui ne lui ressemble pas. Alors elle fait ce qu'elle fait le mieux, posant une main au niveau de l’œil du jeune homme : « C'est pas plutôt toi qui aurait besoin d'une infirmière ? ». Elle pose sa question en ayant conscience du double sens du mot "infirmière", mais n'ajoute rien a ce propos. Elle sait parfaitement que le jeune homme n'a qu'une envie, jouer au docteur avec elle.



You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://shotatthenight.forumactif.com/t194-but-the-horror-the-hor
capulet


J'veux un monde avec que des miroirs; Une radio qui passe que ma musique; Vous avez besoin d'un sauveur mais moi, je veux que m'amuser; J'étais déjà bien égocentrique; Quand j'avais dix balais de moins; Ça vous dit pas d'être un peu plus stylés ? J'en ai marre de parler de moi. - Lomepal


☾ pseudo : mohnstad (jomily, emy)
☾ avatar : tarjei sandvik moe
☾ querelles : 559
☾ destiny : 29/09/2017
☾ territories : Dans l'immensité nordique du territoire Capulet. Vomissant l'opulence qu'il accueille comme la vieille amie qu'elle est. Géante villa, gigantesque vie.
☾ dustland dreams : Il veut tout, devenir le plus grand, aspirer au pouvoir et dorer encore, le blason de sa famille. Jusqu'à en crever.
☾ relationship :

Axiane Capulet - Mother
Orphea Capulet - Twin sister
Bonnie Capulet - Little sister
Raven James - Cousin
Silas Capulet - Cousin
Alexis Davis - Pain lover
Abel Montaigu - Ennemi, chantage
Ace Montaigu - Nemesis




du er ikke alene



bang bang
. ✦ ⊹ Ven 16 Mar - 0:15 ⊹ ✦ .

Les néons qui fusent dans ses yeux déjà troubles. L’envie de se dire que demain matin – ou plutôt demain après-midi – au réveil, il aura le souvenir d’une fête réussie. Du moins, pas totalement gâchée. Puisqu’il sait que tout ce qu’il touche devient de l’or, mais que tout fane trop vite entre ses doigts. C’est la condamnation divine des Capulet. Qui consomment du plus fort qu’ils le peuvent. En ruinant tout ce qu’il y autour. Ruiner les autres pour s’enrichir. Fidelio, rapace qui ruine plus que le matériel, qui ruine les esprits à grands coups de discours libérateurs. Ou meurtriers. Un endoctrinement nécessaire pour reproduire la même chose sur les plus faibles. Oh oui, il se pense bien fort, tout puissant du haut de sa tour d’ivoire. Alors quand il observe Blanche, il voit déjà ses griffes acérées se refermer autour d’elle. Rentrer dans sa peau pâle sans lui laisser la possibilité de s’échapper. Parce qu’on ne lui échappe pas, on ne fuit jamais un Capulet. Il s’est avancé d’un pas leste, a glissé des chimères à son oreille. Blanche trop endiablée dans sa robe rouge. Il se fait charmant, c’est son nouveau défi du moment. Réussir à la posséder à tout prix. En vrai goujat qu’il est, il se dit pas que c’est loin de la bonne morale. Mais encore faudrait-elle qu’elle existe dans cette ville. La blonde jette un coup d’œil vers une compagnie, sûrement une amie à elle qui lui a fait faux bond. Tant mieux ou dommage. Mais la Crimson est une proie à appréhender avec précaution. Malgré la capacité de Fidelio à agacer au premier mot. Elle se brusque pas pourtant. Et pose ses doigts sur la blessure qu’il arbore à l’œil. « C'est pas plutôt toi qui aurait besoin d'une infirmière ? » Il pouffe de rire avec théâtralité.

Parfois, il sait pas vraiment si Blanche est réellement aussi limpide qu’elle parait. Ou si c’est un jeu qu’elle joue, celle de la jeune fille prude qui ne se rend pas compte des phrases risiblement tendancieuses qui sortent de sa bouche. Il lui accorde le bénéfice du doute tandis qu’il laisse sa main libre glisser sur son bras nu. Il hoche la tête, un sourire amusé aux lèvres, « Effectivement, je suis ton patient de la soirée. » Oh oui, jouer au docteur avec Blanche. Il veut la bousculer la gamine et après tout il sait comment faire pour les amadouer. « Tu sais que c’est à cause de toi, ça ? », lui dit-il en pointant son œil du doigt avant de boire une gorgée dans son verre. Il ne mentionne pas les contusions sur son ventre, ni l’énorme bleu dans son dos. Il s’en fout à vrai dire, il s’est battu pour elle mais il aime bien faire comme si. « Tu vois, je rentrais chez moi l’âme meurtrie de t’avoir vu m’abandonner… » Il la regarde dans les yeux, affichant une mine pensive, tout pour le jeu. « Oh et puis n’en parlons pas. Je vois que tu es venue ici pour me chercher et ça, ça vaut toutes les blessures du monde. » S’il était un peu plus éméché il aurait éclaté de rire pour son mensonge atroce mais il reste très sérieux. On lui a appris trop tôt à dissocier ses pensées de ses paroles. Et de manipuler les expressions de son visage en conséquence. Il fronce les sourcils et baisse la tête, comme un repentant. . « Qu’est-ce que tu bois ? J’ai qu’à claquer des doigts. » Il fait glisser sa main, de son bras à sa hanche. Il se voit faire avaler des couleuvres de fausses confessions à Blanche et ça le rend plus vivant que jamais


❝Mémoire-L'eau claire; comme le sel des larmes d'enfance❞ L'assaut au soleil des blancheurs des corps de femmes ;la soie, en foule et de lys pur, des oriflammes sous les murs dont quelque pucelle eut la défense .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://shotatthenight.forumactif.com/t1180-bleach-blond-baby-bla
crimson pistols



BLANCHE BERYL BONENFANT


☾ avatar : dove (face de bébé) cameron.
☾ querelles : 117
☾ destiny : 13/02/2018
☾ relationship :

laz - fake lover
jeza - girl gang + highschool friend


bang bang
. ✦ ⊹ Sam 7 Avr - 14:31 ⊹ ✦ .

La main du jeune homme glisse sur le bras nu de Blanche. Il arbore un sourire amusé, presque carnassier : Effectivement, je suis ton patient de la soirée. Visiblement, il a choisi dans quel sens prendre la double phrase de Blanche. Elle retire sa main de son visage, qu'elle passe ensuite dans ses propres cheveux, comme pour en retirer les nœuds imaginaires, et jette un coup d'œil derrière elle pour voir où est passée son amie, mais elle n'est pas dans les parages. Tu sais que c’est à cause de toi, ça ? lui dit-il en désignant son œil avant de boire une gorgée dans son verre, comme si de rien était. D'instinct, la jeune femme cherche d'où peut bien venir cet œil au beurre noir. Elle ne se souvient pas l'avoir frappé, même sans faire exprès... Tu vois, je rentrais chez moi l’âme meurtrie de t’avoir vu m’abandonner… Il la regarde dans les yeux, en disant ça, mais la blonde voit pour le moment clair dans son jeu. Il s'est fait agresser comme tout Capulet seul en territoire Montaigu. Il essaye de la faire culpabiliser, mais abandonner est un bien grand mot. Elle a simplement fait valoir son droit de disposer de son corps comme bon lui semble et de ne pas donner sa première fois à un garçon qui lui, l'abandonnera après avoir eu ce qu'il attends d'elle. Elle connaît la réputation de Fidélio, il aime jouer, mais se lasse vite. Et elle à beau être plutôt candide parfois, elle n'est pas naïve au point de croire que l'intérêt du jeune homme soit quelque chose de plus qu'une attirance sexuelle. Avant même qu'elle n'ai pus lui poser de questions sur ceux qui lui ont fait ça, il enchaîne : Oh et puis n’en parlons pas. Je vois que tu es venue ici pour me chercher et ça, ça vaut toutes les blessures du monde. Mais oui bien sûr ! Blanche est autant là pour lui que ses paroles sont sincères... Et pourtant, elle ne peut s'empêcher de rire et de sourire en entendant ça. Au fond d'elle, elle apprécie la compagnie et l'attention que le Capulet lui porte, même si elle fait de son mieux pour se méfier, pour rester réaliste quant aux intentions de Fidélio, pour ne pas tomber le panneau trop facilement. Mais qui n'appréciait pas les attentions d'un beau jeune homme ici à Night Vale, même si rien est réel ? Dans cette ville de faux-semblants, elle a droit aussi de goûter à ces plaisirs... Même si elle doit faire bien plus attention que les autres, car son cœur est encore trop pur pour qu'elle sache parfaitement manier les régles du jeu dangereux dans lequel elle a mis les pieds sans même le vouloir, par la seule volonté du blond. [color:b6e8=#darkcyan]Qu’est-ce que tu bois ? J’ai qu’à claquer des doigts, lui dit il, glissant sa main du bras de Blanche à sa hanche. Elle sait qu'il est prince ici-bas, et ne remet pas en question la véracité de ses paroles cette fois-ci. Elle demanderait bien une coupe de champagne, pour avoir le plaisir de sentir les bulles sucrées pétiller contre son palais, mais elle ne veut pas abuser du pouvoir qu'il lui offre : Une Margarita ça serait parfait. Elle observe autour d'elle les néons qui semblent briller un peu plus fort, elle observe les filles en train de boire et les garçons en train de se rincer les yeux. Elle espère que leurs verres ne contiennent rien d'autre que ce qu'elles ont commandé. Elle sent sa lame froide appuyer contre sa peau tandis qu'elle se rapproche un peu plus encore de Fidélio, poussée par la foule dansant sans se préoccuper de l'espace de confort des autres. Elle sent le métal dur de sa chevalière sur ses hanches alors que sa main est posée de façon tendre, comme si Blanche était une chose précieuse, pas une fille du sud portant une robe à trois sous parmi les belles du nords et leurs chaussures à millions. Elle se permet de demander à Fidélio : T'as pas peur qu'on te voit avec... une fille comme moi ? Ce qui peut se traduire par : Qu'un gars comme toi, un Capulet du nord, soit vu entrain de "s'amuser" avec une fille du sud, qui plus est une crimson de part son père.



You deserve every star in the galaxy laid out at your feet and a thousand diamonds in your hair. You deserve someone who’ll run with you as far and as fast as you want to. Holding your hand, not holding you back.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://shotatthenight.forumactif.com/t194-but-the-horror-the-hor
capulet


J'veux un monde avec que des miroirs; Une radio qui passe que ma musique; Vous avez besoin d'un sauveur mais moi, je veux que m'amuser; J'étais déjà bien égocentrique; Quand j'avais dix balais de moins; Ça vous dit pas d'être un peu plus stylés ? J'en ai marre de parler de moi. - Lomepal


☾ pseudo : mohnstad (jomily, emy)
☾ avatar : tarjei sandvik moe
☾ querelles : 559
☾ destiny : 29/09/2017
☾ territories : Dans l'immensité nordique du territoire Capulet. Vomissant l'opulence qu'il accueille comme la vieille amie qu'elle est. Géante villa, gigantesque vie.
☾ dustland dreams : Il veut tout, devenir le plus grand, aspirer au pouvoir et dorer encore, le blason de sa famille. Jusqu'à en crever.
☾ relationship :

Axiane Capulet - Mother
Orphea Capulet - Twin sister
Bonnie Capulet - Little sister
Raven James - Cousin
Silas Capulet - Cousin
Alexis Davis - Pain lover
Abel Montaigu - Ennemi, chantage
Ace Montaigu - Nemesis




du er ikke alene



bang bang
. ✦ ⊹ Lun 23 Avr - 18:11 ⊹ ✦ .

Toujours certain de son charme parfait. Perfection cultivée par le prestige Capulet. On l’a jamais fait douter de quoique ce soit, ni jamais fait se sentir inférieur à qui que ce soit. Lui au sommet, posant un regard lointain sur la basse population. Qu’il gratifie avec charité s’il leur offre un beau regard. C’est ce qu’il aime le plus à vrai dire, être un monarque en parade, constamment prisé des autres, amoureux d’une foule qui l’admire. Il en est sûr et certain, la blondeur de ses cheveux, les initiales sur sa chevalière et sous ses pompes. Une marque de fabrique qui lui revient de droit. Ses paroles de baratineur aussi. Alors, il empoisonne Blanche de ses mensonges qu’il place comme il sait le faire. Jouant le faux désespéré.  Il se doute qu’elle ne le croit pas complètement, il espère avoir le bénéfice du doute. C’est un challenge personnel qui lui a valu quelques bleus quelques jours plus tôt. Il peut jouer au plus fort, Blanche n’est qu’une fille perdue dans sa boite de nuit. Un regard vers la foule tant qu’il lui parle et il est certain de voir Alexis. Mais il décide de pas s’attarder, il veut pas non plus qu’elle fasse tout rater. Il tourne la tête, la main pressante sur la hanche de la blonde. Il sait qu’il pourra tout avoir ici. Une Margarita ça serait parfait. Alors, il la pousse avec lui un peu plus près du bar. Y’a une foule pas possible, alors il préfère passer directement derrière. « Une Margarita et un double whisky. », lance-t-il sèchement en posant son propre verre vide. Il précise pas qu’il a pas le temps d’attendre puisqu’on lui apporte ce qu’il veut dans la seconde. Il retourne bien vite vers sa proie, lui glissant son verre dans les mains.

« T'as pas peur qu'on te voit avec... une fille comme moi ? » Il arque un sourcil avant de faire tinter son verre contre le sien et d’en boire une grande rasade. Il va falloir qu’il sorte beaucoup plus de violons pour l’amadouer. « Une fille comme toi ? » Il fait semblant de pas comprendre. Mais il sait très bien de quoi elle parle et il est d’accord avec elle. Une fille du sud pour un roi du nord, ça risque pas d’arriver en ce qui le concerne. Du moins, pour autre chose que de la chair et des draps. « Tu es la plus belle fille de cette soirée, regarde-toi. » Il joue au niais, en souriant comme un con, resserrant sa prise dans le dos de Blanche. « Et j’ai jamais peur. », dit-il alors, sourire effacé, plus sérieux sous les néons électrisants. Il s’impatiente un peu, il a pas tellement l’habitude qu’on lui résiste même s’il est habitué aux naïves qui jouent les ingénues. Il glisse ses lèvres près de son oreille, « Je pourrais l'avoir quand ma consultation privée ? » Il joue au con, très certainement. Mais, il va pas tourner autour du pot, il était presque parvenu à s’en sortir la dernière fois qu’il a posé ses lèvres sur sa bouche d’innocente. Il se recule, nouvelle gorgée du liquide qui lui brûle l’œsophage. Il a pas assez consommé pour être perché comme il faut. Il est pas assez ravagé pour se laisser complètement aller. A tous les coups, il peut réussir à se trouver un moment pour se repoudrer le nez. Il tourne la tête vers la foule en folie, leurs peaux colorées par les spots lumineux. Incandescence dans le club, comme dans sa gorge. Prêt à cracher des mots brulants d’hypocrisie.


❝Mémoire-L'eau claire; comme le sel des larmes d'enfance❞ L'assaut au soleil des blancheurs des corps de femmes ;la soie, en foule et de lys pur, des oriflammes sous les murs dont quelque pucelle eut la défense .
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

bang bang
. ✦ ⊹ ⊹ ✦ .
Revenir en haut Aller en bas
 
turn off the light | blanche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Happiness can be found, even in the darkest of times, if one only remembers to turn on the light.[terminé]
» Editeur light libre
» the light of aerendil
» Lucky Light
» Moon Light [Pouffy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☾☾☾ give me a shot at the night :: a shot at night vale :: Nord :: Wonderland Nightclub-
Sauter vers: