AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 Bitch came back. ft. Axiane & Johnny

avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://shotatthenight.forumactif.com/t1053-axiane-c-mama-s-a-gan
capulet



m o n a. l i s a.
YOU'RE A WALKING MASTERPIECE






☾ pseudo : JΛCQUELYN. ou Jacques pour les intimes. Jacky les week-end, Maman pour les enfants, mais Madame Capulet (sa sainteté) pour les Montaigu (et Alexis). Mama Capupute. Memes Queen. Warden Capulet. Gardienne Capulet. Acid-Queen. Grempulette. Queen-B. Milf. Badass Mom. Queen Capulet. M'mam. Queen.
☾ avatar : Mädchen Amick, queen of everything.
☾ querelles : 311
☾ destiny : 02/02/2018
☾ territories : ☞ Elle ne vit peut-être plus du côté sud de la ville, elle n'en porte peut-être plus les fringues, ni le parfum, mais l'on ne saurait ignorer la réalité ; les serpents ne se débarrassent pas de leur peau aussi facilement.
☞ Elle habite dans la villa des Capulet depuis 1995, auprès de ses cinq enfants, de son mari et de tous les autres membres de la ruche familiale.
☾ dustland dreams : ☞ elle a cette hantise que ses enfants (surtout sa Orphea) ne fasse les mêmes erreurs qu'elle à leur âge ; c'est en partie pourquoi elle est si dure et intransigeante avec eux.
☞ elle n'a jamais cru à l'amour au premier regard jusqu'à ce qu'elle donne naissance à ses enfants.
☞ elle rêve d'un jour voir toute sa famille réunie sous le même toit : Melchior, elle, Fidelio, Orphea, Bonnie, les jumeaux et Harvey.
☾ relationship :
melchior ; husband
fidelio ; son.
orphea ; daughter.
baby girl #2 ; daughter.
baby boy #3 ; son.
baby boy #4 ; son.
harvey ; son from an another life.

noah ; ghost from the past.

bang bang
. ✦ ⊹ Jeu 8 Mar - 18:25 ⊹ ✦ .

Bitch came back.

ft. Axiane & Johnny


present days, falling night. (around 19h30 pm)

« Je suis désolé M'dame, fit le mécanicien à la caisse du petit garage, les chicots jaunis par la cigarette et la voix enrouillée comme un moteur. L'agendas d'nos mécaniciens sont bookés pour toute la journée. Il avait rabaissé ses yeux sur les pages graisseuses de son cartable tournant, nonchalant, une page à la fois. La Capulet doutait même qu'il puisse voir quoique ce soit sous ses épais brouillards de sourcils. ...je pourrais p'têtre vous avoir un rendez-vous ce jeudi... mais avant ça, ça serait compliqué. » Se frottant l'arrêt du nez, il ne voyait pas que l'autre côté du comptoir, deux billes incendiaires le lorgnaient, menaçantes. Un frison le parcouru, cependant, lui faisant se granuler la chair de son cou et de ses bras. Il aurait juré, pourtant, avoir refermé cette putain de fenêtre. « J'ai besoin de ma voiture maintenant, pas jeudi. s'impatientait-elle sous la frénésie de longues boucles blondes. il n'y a absolument aucun de vos mécaniciens qui ne soient disponibles? Bon sang, ce n'est qu'un pneu crevé. » Probablement une saloperie qui jonchait la route, résultante de ses rues du Southside mal entretenues ; Axiane se préparait déjà à appeler le conseil de Night Vale pour s'en plaindre en bonne et due forme. Et tandis que le bougre secouait négativement de la tête, une moue faussement déçu au labre, elle insista plus agressivement encore. Ce qui, visiblement, avait déplu à l'inconnu. « Écouter ma p'tite dame, si vous êtes pas contente, j'peux toujours vous faire venir une remorqueuse... » Sauf qu'un détail n'avait pas échappé à ses yeux de chat, et sans délicatesse, elle leva un doigt pour pointer cette silhouette qui, leur faisant dos, ne semblait pas si débordée prêt de la machine automatisée à café. « Et lui? Il n'a pas l'air totalement débordé! » Il croassa, comme un crapaud. « Lui, il allait rentré chez lui. » Axiane en avait eu sa dose. Le jour allait tombé d'une minute à l'autre et elle devait encore rentré à la Villa. « Pourquoi je n'irais pas lui demander moi-même? »

La Capulet contourna brusquement le comptoir et poussa la grande porte de vitre sans ménagement. Peu lui importait que son entrée fracasse dans le garage soit remarqué ou désapprouvée ; elle était une Capulet et rien ne lui était interdit et/ou refusé. « Excusez-moi. » Son appel récidive ça et là jusqu'à ce qu'il ne s'élève au-dessus des rires tonitruants et caverneux des autres garagistes et mécaniciens accoudés autour de cette machine distributrice. Cinq grands gaillards se tournèrent alors derechef vers cette intruse pour la lorgner tour à tour d’œillades amusées, moqueuses et réprobatrices. Elle n'aurait rien dénoté, seulement, si le faciès de l'un d'entre-eux ne lui était soudainement pas si familier ; elle ne retint rien de son exaspération, les yeux qui roulent, en soupirant pour elle-même. C'est pas vrai. Une chance encore qu'elle avait pensé, ce matin, à glisser dans son sac à main ce petit revolver. Dans ce repère de serpents, il ne serait pas inutile. Rattraper par la respiration haletante du pauvre bonhomme à sa poursuivre, il s'excusa entre deux quinte de toux asthmatique. « Désolé les gars ; c'est qu'elle trottine vite, même avec des talons, j'ai jamais vu ça... » La Reine des abeilles n'attends pas qu'il la présente, elle le coupe dans son élan : « J'ai besoin que l'on change le pneu avant de ma voiture. Je suis très pressée, donc... » Elle avait bien remarqué le tatouage du serpent sur certaines parties de leurs corps exposés. Et se cacher plus longtemps aurait été une insulte à leur intelligence, aussi détestable qu'ils soient ; si elle avait vu leur tatouage, ils avaient du la reconnaître. Alors pour les amadouer, elle sort de son sac un carnet de chèque, le tout, subtilement lourd de sous-entendu. Elle ne fait même pas attention de cacher l'abeille qui trône sur l'en-tête de son chéquier.



❝ jealous? Well you should be ❞ I put my high heels on, walk right out the door, best believe I'ma leave,don't need you no more. Put my black dress on, boy, you done me wrong. Leave the keys, burn the sheets and then move along.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

bang bang
. ✦ ⊹ Jeu 8 Mar - 21:09 ⊹ ✦ .

Bitch came back.

ft. Axiane & Johnny

« On prend, mettons, cinq ou six carcasses comme celle-là… » Les cinq hommes jettent un œil circonspect à la Maserati 222 poussée jusqu’à un coin du vieil hangar. Sa peinture rouge décatie, sa calandre décrochée et son habitacle éventré (comme de s’être emplafonnée dans un semi remorque) ne rendent pas justice à sa gloire passée. Loin des années 80, elle a l’air d’un tas de ferraille, bonne à broyer ; même Johnny la mate avec un fond de dédain dans la pupille. « On bourre le réservoir ras-la-gueule. Ça doit bien faire du soixante litres. » Un grondement approbateur force toutes les lèvres. « On te les dépose, mettons, le mardi, chaque mardi de toutes les semaines, tu désosses le bordel pour le principe et tu nous mets le réservoir de côté. » Ce qui est amusant, a remarqué Percival, c’est que le type lui cause comme s’il s’agissait d’un marché. Or, ils ne négocient pas. Un ponte des Crimson Pistols a aboyé les consignes à ce clébard, qui se contente de rapporter. Si la combine n’est pas particulièrement élaborée, elle a le mérite de faire transiter de la marchandise à peu de frais – surtout dans des endroits pareils, où le désert pullule d’antiquités sur pneus usés. Si les Fingers y trouvent leur compte, Johnny n’a aucune raison de protester. En vérité, du boulot de forçat dans ce garage paumé, c’est plutôt pour lui plaire.

Quand les détails des livraisons sont arrêtés, ils s’offrent une cigarette loin des barils et des bidons d’essence. « C’te bécane fait encore du café ? » Un rictus sarcastique mord dans la bouche du propriétaire, qui fait un geste encourageant du menton. « J’essaie ? » Ils se marrent, tous les cinq. C’est la première fois que les Crimson Pistols remarquent l’état général de l’entrepôt ; vue sa taille, il n’en mérite même pas le titre ; haut de plafond, le hangar ressemble malgré tout à une pièce aveugle, avec ses murs en tôle, ses fenêtres bâchées et ses émanations de graisse de moteur. Alors le liquide, pourtant fort ordinaire, qui s’échappe de la machine à café prend des arômes supplémentaires. « Si ça te va comme ça… » Une fois servi, le serpent en chef lève ses mirettes en direction de Percival. « On commence dès mardi. » Toujours pas de marge. Il n’a qu’à s’exécuter. C’est assez loin de ses basses besognes habituelles, du reste. Tant mieux, ça lui économisera les jointures.
Ils ricanent d’une plaisanterie de mâle médiocre et misogyne lorsqu’elle fait irruption. Pour sûr, ils entendent ses talons avant le son de sa voix. Ce qui les laisse d’abord sceptique, c’est encore que les premiers versés à leur adresse soient Excusez-moi. Le blondinet à la gauche de Johnny y va d’un « Vous êtes toute excusée, m’dame. » pendant que ses lèvres se fracturent d’un sourire torve. Lui n’est pas du même avis. En fait, personne n’est plus loin d’être excusé qu’Axiane Capulet.

Johnny ignore quel sentiment le domine. La haine, sans doute, mais elle a un goût rance, poussiéreux, qu’il ne reconnaît pas tout de suite. Ses papilles s’habituent – se réhabituent – à peine que ses rétines déclinent vers le chéquier. C’est pas vrai. « Laisse tomber, Crash. » Le guetteur, même pas foutu de tenir une caisse fictive, s’agite autour de l’abeille comme s’il espérait la chasser avec ses seuls relents pour répulsifs. Percival dépasse les Fingers aux épaules et lâche un « Je m’en occupe. » moitié brutal moitié étouffé. Les soldats des Montaigu, ça leur convient assez. En tous les cas, ils ne mouftent pas tandis qu’il attrape Axiane par le coude et la force à regagner l’ancienne boutique de la station-service. À pas précipités, ils ne s’arrêtent pas là. Johnny la pousse encore, sans ménagement, jusque sur le sable, au dehors. « Si tu veux t’faire vider un chargeur entier dans la tête, c’est un putain d’bon plan. » La poigne se relâche d’un coup. L’instinct l’oblige, il jette un œil vers le hangar où cinq paires d’yeux ne manquent pas de guigner l’échange. Vu de là-bas, Percival paraît foutre à la porte n’importe quel quidam – et c’est exactement ce dont ça doit avoir l’air. « Qu’est-ce que tu fous là ? T’as vraiment un pneu crevé, au moins ? » Du regard, il cherche le véhicule qui ne fera pas ton sur ton dans ce ghetto de crevards qu'est le Southside.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://shotatthenight.forumactif.com/t1053-axiane-c-mama-s-a-gan
capulet



m o n a. l i s a.
YOU'RE A WALKING MASTERPIECE






☾ pseudo : JΛCQUELYN. ou Jacques pour les intimes. Jacky les week-end, Maman pour les enfants, mais Madame Capulet (sa sainteté) pour les Montaigu (et Alexis). Mama Capupute. Memes Queen. Warden Capulet. Gardienne Capulet. Acid-Queen. Grempulette. Queen-B. Milf. Badass Mom. Queen Capulet. M'mam. Queen.
☾ avatar : Mädchen Amick, queen of everything.
☾ querelles : 311
☾ destiny : 02/02/2018
☾ territories : ☞ Elle ne vit peut-être plus du côté sud de la ville, elle n'en porte peut-être plus les fringues, ni le parfum, mais l'on ne saurait ignorer la réalité ; les serpents ne se débarrassent pas de leur peau aussi facilement.
☞ Elle habite dans la villa des Capulet depuis 1995, auprès de ses cinq enfants, de son mari et de tous les autres membres de la ruche familiale.
☾ dustland dreams : ☞ elle a cette hantise que ses enfants (surtout sa Orphea) ne fasse les mêmes erreurs qu'elle à leur âge ; c'est en partie pourquoi elle est si dure et intransigeante avec eux.
☞ elle n'a jamais cru à l'amour au premier regard jusqu'à ce qu'elle donne naissance à ses enfants.
☞ elle rêve d'un jour voir toute sa famille réunie sous le même toit : Melchior, elle, Fidelio, Orphea, Bonnie, les jumeaux et Harvey.
☾ relationship :
melchior ; husband
fidelio ; son.
orphea ; daughter.
baby girl #2 ; daughter.
baby boy #3 ; son.
baby boy #4 ; son.
harvey ; son from an another life.

noah ; ghost from the past.

bang bang
. ✦ ⊹ Jeu 8 Mar - 23:48 ⊹ ✦ .

Bitch came back.

ft. Axiane & Johnny


present days, falling night. (around 19h30 pm)

« Mais quoi, qu'est-ce que t'as encore fumé?! proteste-t-elle, se dégageant le bras d'un trait brusque, voire presque violent. C'est que Northsider-la n'appréciait certainement pas la manière avec laquelle il l'avait traîné jusqu'à l'extérieur du petit commerce (si commerce il y avait, elle n'était pas dupe) ; mais elle maudirait encore plus funestement ses taches de suie que ses rustres paluches venaient de lui laisser sur son manteau de printemps impeccablement repassé. Tu crois que je me serais volontairement arrêtée ici parmi les bêtes sauvages rien que pour le plaisir? elle froisse le nez dédaigneusement, ne démordant rien de cette pugnacité qu'il avait si soudainement éveillée au fond de ses entrailles. Puisque la connaissant, elle pouvait tout autant faire référence à ses mécaniciens dans leur atelier qu'à ses clébards sans races qui n'avaient cessé d'aboyer depuis qu'elle avait dû se garer ici, sur le bord de cette route de sable. Un truc aussi agaçant qu'agressant, comme le chant des grillons lors d'une nuit pendant laquelle on cherche son sommeil. Axiane Capulet n'aurait jamais passé par ces routes campagnardes du Southside, sachez-le, si ce n'avait été des réminiscences mélancoliques qu'avaient insufflé cette petite visite chez Harvey, dans un petit appartement du Westside. D'un coup, ce soir-là, elle avait eu envie de revoir ses paysages orangés au soleil couchant que la pollution luminaire de la Villa ne lui offrait pas.  Bien sûr que mon pneu est crevé, regarde par toi-même. » lâcha-t-elle, condescendante les sourcils redressés. La lui montrant d'un déploiement de l'aile, la bête était échouée en bordure de chemin dans l’impatience d'une sclérose inanimée. C'est que sa robe noire et lustrée se serait parfaitement fondée dans les quartiers luxueux du Northside ; cette couleur sombre et mât reflétait à vous en faire mal aux yeux les reflets dorés du désert environnant et ses vitres teintées projetaient cette même fierté propre à toutes les ferraris de ce monde. À ne pas douter que des dizaines d'autres bolides comme celui-là traînait dans la poussière des garages personnels des Abeilles de Night Vale.

« Est-ce que c'est un garage, au moins? demanda-t-elle, les lèvres pincées et trépignantes d'impatience. Ou est-ce une autre sorte d'entourloupette des Fingers – ou des Crimson Pistols – pour plumer de pauvres oiseaux qui tomberaient dans votre piège? La remarque lui avait échappé volontairement, tandis que bras croisés sous sa poitrine, elle le lorgnait sans même prendre le temps de le cacher, altière. Tout était toujours un prétexte pour se dissocier d'eux et par le fait même, elle en profitait pour lui rappeler qu'elle était plus maligne que lui et qu'elle ne se laisserait pas coincer dans une autre de leurs combines. Sur cette hypothèse, alors, s'éveille une nouvelle vague de mécontentement au bas de son ventre, comme un dragon qui émerge de sa torpeur et elle se rapproche du southsider de quelques pas jusqu'à ce que cette distance jugée convenable et conventionnelle ne soit rompue. Ils n'en étaient plus là tous les deux de toute manière. Ici, elle n'avait rien a caché. Est-ce que tu sais seulement bien réparer une fuite, Johnny? Sa voix tremble. Mais elle en sait pas elle-même si c'est dû à de la peur, de la colère ou de la tristesse. Pourquoi... pourquoi est-ce qu'Harvey a trouvé une photo de moi dans les vieilles affaires de Mark et qu'il est venu me le balancer au visage? » Pourquoi est-ce que ce n'était que vingt-cinq ans plus tard que ce lonesome fils débarquait dans sa vie, maintenant que l'empire des Capulet fleurissait plus encore sous le coup d'argent de cette nouvelle drogue-pillule. Night Vale est une petite ville, si bien qu'elle ne croirait jamais aux coïncidences.



❝ jealous? Well you should be ❞ I put my high heels on, walk right out the door, best believe I'ma leave,don't need you no more. Put my black dress on, boy, you done me wrong. Leave the keys, burn the sheets and then move along.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

bang bang
. ✦ ⊹ Ven 9 Mar - 8:43 ⊹ ✦ .

Bitch came back.

ft. Axiane & Johnny

Lorsqu’il s’agit d’Axiane, Johnny ne s’avance plus à croire quoi que ce soit. Il ne croit rien d’elle, pas un mot. Tout le fiel qui filtre de ces lèvres ne lui procure qu’un vivace besoin de lui clouer le bec. Quand elle se dégage franchement de son emprise, le bougre s’écarte d’un pas traînant dans la poussière et dans le sable. Il ne veut d’aucune proximité qui ne soit strictement nécessaire. Au reste, le contraste doit être saisissant entre les deux anciens comparses du Southside. D’un œil mauvais, Percival la guigne, avec sa coiffure sophistiquée, son manteau impeccable et son coupé sport indécent, même provocant, dans ce coin reculé de Night Vale. À l’inverse, il n’a qu’un jean crasseux, une ceinture au cuir élimé, un blouson jeté par-dessus un vieux t-shirt et des rangers qui ont tant arpenté le désert qu’elles ont durablement pris sa douce couleur sablée. Pourtant, Axiane ne lui inspire pas seulement du dégoût. Il y a, comme chez ce môme jadis, une lueur impressionnée qui danse à l’arrière de son crâne. Ce n’est pas tant elle, plutôt ce qu’elle représente, et le voyou du Sud n’aime pas renifler les escarpins puant le vernis qui descendent du Nord de la ville.

Dans la carcasse inhabituelle qui s’est échouée à flanc de son garage, Johnny est amer de constater qu’elle dit vrai. Comme si Axiane était programmée pour le mensonge… D’un autre côté, il vaut mieux qu’elle ait échoué au milieu de ce traquenard par hasard, parce qu’il ne croit pas que les Crimson Pistols à l’intérieur (pas les plus fins ni les plus malins de toute la bande) la laisseront en paix indéfiniment. Contrairement à la marâtre Capulet, le clébard n’a rien à perdre à ce qu’on les voit ensemble, cependant qu’une fierté toute personnelle, poussée à son extrême, le fait gronder depuis les tréfonds. D’une certaine manière, il s’était promis de ne plus jamais avoir affaire à elle. Il ignorait ce dont il serait capable, alors. Si on l’avait interrogé à l’époque, Johnny aurait certainement répondu qu’il se sentirait l’âme d’un meurtrier.
« C’est pas tes affaires, il répond d’une voix peu amène après qu’elle l’ait questionné sur le garage. » C’en est un, pas de doute là-dessus. Mais quel intérêt de le lui dire ? Par déformation professionnelle, il est déjà occupé à scruter plus avant le véhicule, que les reflets du soleil empêchent sérieusement d’inspecter – quoi, on dirait qu’elle se défend d’être volée par lui ? La paume rabattue en visière au-dessus de ses yeux, Johnny ne fait plus aucun effort pour mater autre chose. Et surtout pas Axiane. Péniblement, elle lui rappelle Mark. Si une fraction de son encéphale s’en veut d’associer leurs deux souvenirs, il ne parvient plus à les repousser. Quoi qu’il dise et quoi qu’il fasse, les Fingers, ceux-là du début, quand ils méritaient le titre de Five, font partie intégrante de sa vie, de son identité et de son ADN. C’est ce qu’il est. Même la trahison d’Axiane, c’est ce qu’il est. Pas qu’il irait la remercier. Son coeur oscille plutôt pour deux coups de canif dans un autre pneu.

« Je vais te le changer et tu vas t’barrer d’ic…
- Est-ce que tu sais seulement bien réparer une fuite, Johnny ?
- Qu’est-ce que tu baves, encore ? »

Ses pupilles dévient vers Axiane, un peu tard pour qu’il la devine approcher. Son pas de côté ne suffit pas à marquer la distance. Il est encore tout près lorsqu’elle prononce le nom d’Harvey, tout près de celui de Mark. Sa première idée, ce serait de lui faire ravaler chaque lettre, de lui interdire de parler d’eux, et plus encore du fils que du père. Pour le môme, Johnny s’est toujours considéré comme une sorte de tuteur, pas le plus droit ni le plus strict mais un point d’ancrage immuable et immobile. Ce que, définitivement, sa mère n’a pas été. Seulement, Percival tente de dégrossir ses sales manières, d’écouter ce qu’elle dit, parce qu’il faut être un rien moins barbare que la normale, parce qu’Axiane, si elle lui inspire de la haine et du mépris, n’en est pas moins l’une des créatures les plus intelligentes qu’il connaisse ; qu’il ait connues. Elle ne mentirait pas au sujet d’Harvey, et quelque chose, comme un filet de faiblesse, accouche de sa sincérité. C’est à tout le moins ce qu’il décide de croire. « Faut croire que Mark a été sentimental. » Moins un point pour le discernement. Johnny n’aura pas su se retenir, pas complètement. Néanmoins, ses rétines trahissent ses blessures, plus étendues et purulentes qu’on ne peut le voir au premier, centième, coup d’oeil. Assez vite, il balaie sa crasse mélancolie et plante un regard décidé dans son vis-à-vis : « Tu lui as dit quoi ? » C’est tout ce qu’il veut savoir : qu’elle a filé le mensonge originel avec un autre. Le reste lui importe peu. Ne lui importe qu’Harvey, aussi loin qu’il est possible de la Ruche.

[/quote]
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

bang bang
. ✦ ⊹ ⊹ ✦ .
Revenir en haut Aller en bas
 
Bitch came back. ft. Axiane & Johnny
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Johnny Knoxville. - G
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Made in Flash Back
» I can't wait to kiss the ground, wherever we touch back down. [PV Willy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☾☾☾ give me a shot at the night :: a shot at night vale :: Sud-
Sauter vers: