AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 

 looking through darkness w/ circe



Invité

bang bang
. ✦ ⊹ Lun 12 Fév - 16:53 ⊹ ✦ .

looking through darkness

cirke


une ruelle devant le blue velvet

une aisance scénique, il est loin le temps ou il errait dans les rues à la recherche du moindre portefeuille à dérober. il a le sentiment de revivre depuis l'alliance et son entrée dans les rangs des silver chapel. c'est devenu presque logique de se sentir en confiance dans ce quartier si particulier, il se voile la face, pensant être le seul et réel danger possible entre ses murs de briques. pourtant rien n'est dû, et même si il l'a su un jour, il a toujours tendance à l'oublier. tête brûlé, trop sûr de lui pour reconnaitre le danger arriver au loin. le danger de la luxure qu'il s'amuse à tenter chaque fois qu'il pousse les portes du blue velvet. rien de meilleur ces derniers temps, il essaie d'oublier; d'enfouir en lui un truc qui s'est trop imprégner dans le fluide de son sang pourtant si vénéneux. préférant oublier cette rencontre trop instantanée, ses pensées trop occupées à osculter la moindre parcelle intime de peau dérobée à chaque mouvement de cette danseuse au teint hâlé. le désert est passé sur son épiderme comme il imagine déjà le faire. son corps s'enfonce un peu plus dans le fauteuil rouge sang, pressant de sa main droite un verre de whisky pure. ses doigts tapotent indécents sur l'accoudoir, prestance du roi qui n'a pas lieu d'être. il cherche un instant du regard une quelconque silhouette connue, un silver probablement, mais rien ne viendra ce soir l'aider à se remettre des courbes de la généreuse tentatrice bien décidée à le faire raquer. c'était sans compter le nœud qui s'enroule dans son estomac, l'alcool grisant coulant le long de sa trachée en creusant un peu plus le vide à l'intérieur de lui. il a faim, mais la nicotine aura raison de son prochain déplacement, son index tremble un peu, ses pensées changent de sujet sans qu'il ne s'en rende vraiment compte et la danseuse prend des airs de fumée tourbillonnante. il se lève alors, prends le chemin de la sortie pour y retrouver un semblant de réalité. ses yeux se ferment, encore dérangés par les néons trop intenses et face à la lueur de la lune, rake se souvient des heures passées à la contempler. la roulée entre ses yeux, allumée mécaniquement pour s'en noircir toujours plus les organes, il respire enfin, plus intensément cette fois. le moment dura un court instant, cette minute trop brève qu'on souhaite répéter un nombre incalculable de fois avant de la sentence ne tombe. juste avant qu'elle ne franchise la barrière de son champ de vision. comme un mirage, une seconde lumière dans la nuit, une fêlure de plus dans ses souvenirs. il ne connait pas son prénom, se souvient du danger qu'elle a encourue et braver malgré la blessure imminente,  lui rappelant au passage la faiblesse de sa non-réaction, il n'a rien su faire et ça l'a bouffé depuis. la revoir ici n'a rien de normal, le tabac n'empêche pas les questions de s'amonceler dans son esprit. pourquoi t'es là toi ? pourquoi tu reviens hanter ma vie sans y avoir jamais été invitée ? (pensées) les regards se croisent, l'attaque sera spontanée il le sait.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
crimson pistols


☾ pseudo : shiny, aurore
☾ avatar : c.christensen
☾ querelles : 25
☾ destiny : 28/01/2018

bang bang
. ✦ ⊹ Lun 12 Fév - 23:09 ⊹ ✦ .
Ses pieds la mènent vers le sud, errante comme une biche dans une trop vaste forêt.  Elle avait abandonné sa peau de Crimson pour ce soir, même si le serpent sur son poignet droit disait le contraire. Il a fallu qu’une de ses copines l’entraînent là-bas, tout droit vers le blue velvet. Elle aimait la lumière tamisée, d’un rouge bordeaux qui mettait en valeur les regards désireux. La jolie blonde, innocente sous ses traits angéliques, regardait avec curiosité ses danseuses qui exhibaient leurs corps, leur enveloppe aux yeux de tous. Elles pouvaient rendre un homme fou en quelques mouvements, quelques arabesques, une fascination, une montée vers le désir qui prend aux tripes. Elle délaisse son verre un instant, partant du cocon dans lequel elle s’était installée, avant de rejoindre les portes du velvet pour prendre l’air. Elle respire à plein poumons, laissant ses lapis-lazulis dévorer le paysage et ses alentours, et c’est là qu’elle le voit. Elle ne sait pas si le frisson qui lui parcoure l’échine de son dos, la dévorant entièrement était parce qu’elle était troublée, ou si parce qu’elle sentait un danger quelconque. Son fidèle compagnon ne a quittait jamais, tandis que son regard velouté le heurta de plein fouet, plissant ses paupières. Il était accoudé sur un pan de mur, pas loin d’un croisement de rue, cela était parfait pour la jeune lionne. Se mordiller la lèvre, réfréner une émotion, une sensation inachevée. Parce qu’il avait réussi à s’accrocher à quelques une des pensées, perdues dans les limbes de son esprit ravagé. Le pire, c’est qu’il avait laissé une marque, avec son regard brun, chocolat, que ses iris clairs avaient capturé l’image des lèvres du jeune homme, ce parfait inconnu, qui est pourtant un ennemi. Elle ne devrait pas ressentir ça, non un interdit à ne pas franchir, une limite à ne pas dépasser, sinon elle ne reviendrait pas des enfers, oh persephone que fais-tu ? Alors elle s’avance vers lui, comme une valkyrie, prête à le faire faillir par n’importe quel moyen. Elle pique la cigarette de son bec, un bien précieux qui finirait par être englouti par ses poumons délicats, leur essence polluant ce joli corps de sirène. Elle avale une bouffée, la déesse, le provoquant. Elle agrippe son poignet fermement et le fais basculer de l’autre côté de la ruelle, aussi sombre que son regard, là où personne ne regarde. La lame étincelante se pose sur le coup de ce fils d’Adam qui lui fait ressentir trop de chose. « T’a intérêt à rien tenter ce soir sinon ça va mal finir pour toi. » elle appuie ses dires avec un regard, un revolver chargé prêt à être dégainé en cas, parce que son regard c’est une tornade, une myriade d’émotions qui peut faire chavirer un cœur, tout comme le réduire en cendre. T'as pas le droit d’être là, en chair et en os, t’as pas le droit d’être dans mes rêves, oh hades, doux malfaiteur. La jolie nymphe sent que son corps est contre le sien, alors elle desserre son étreinte, parce qu’elle que sa chair réagit contre la sienne, comme une putain de solution chimique. Elle se contente de ranger sa lame, elle veut lui faire peur, la jolie, lui montrer qu’elle n’est pas juste un objet de désir ardant, qu’elle est une étoile filante qui brille et qui brûle. Elle tira une nouvelle latte de la roulée, elle peut y sentir un goût de salive, la sienne, une lueur dans les yeux de la naïade. Circe se souvenait très bien de leur première rencontre, alors qu'elle avait l'arcade entaillée, que son hémoglobine était parsemée sur son visage. Elle finit par la remettre à son bec avant de retourner vers les portes du velvet, le laissant pantois, un dernier regard, allumant le feu aux travers des ténèbres envahissantes. Elle joue, ouvertement elle le sait, parce que ce silver chapel pourrait bien être sa perte, mais elle voulait se laisser bercer dans des lumières douces et enivrante et se mêler.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

bang bang
. ✦ ⊹ Mar 13 Fév - 17:23 ⊹ ✦ .
elle n'a rien de réelle cette femme, un visage trop lisse, des cheveux trop dorés et bien coiffés, même avec du sang sur les tempes, elle paraissait tomber de l'Iliade. elle n'a pas perdu de temps pour le rejoindre, leurs regards à peine croisés, l'action de son corps trop proche du sien faisait le reste. une furie contre son derme, piquante et ensorcelante bien que trop présomptueuse à son goût. elle n'a pas froid aux yeux, ça se voit, ça s'est vu au premier regard. habituellement le premier à mettre les pieds dans le plat, loin d'être un homme qui se résigne à le moindre crainte, elle apparait comme un miroir de ses propres réactions. elle ose le menacer, placer une lame sur sa pomme d'adam sans aucune gêne, les yeux tueurs. ça ne l'impressionne pas malgré un danger imminent, elle serait capable la gamine, d'enfoncer un peu plus l'arme blanche dans sa peau, mais pour preuve, elle n'en fait rien. de l'intimidation pure sans qu'il n'ait le temps de réagir. il préfère se taire pour le moment, inspecter le changement de comportement de la naïade, détecter dans les traits de son visage la moindre faille, le moindre doute. mais il n'en voit aucun pour le moment, sauf peut-être cette envie irrépressible de se rapprocher toujours plus de la mort. son chien fou à l'intérieur aboi, hurle à la mort de lui planter ses crocs dans le cou, sans suture dérober son sang jusqu'au dernier moment, ou pire, lui en laisser juste un peu pour qu'elle agonise encore un peu. il sait jouer aussi, mais ses mains bouillonnent de lui attraper le cou, son esprit s'anime en l'imaginant l'implorer de s'arrêter. une violence indomptable qu'elle à su faire naître en lui, ajouté en parallèle cette envie de dévorer chaque parcelle de son corps et de s'en approcher toujours plus. des ennemis sous le toit des silver chapel, elle n'a pas l'air de comprendre qu'ici, ce sont eux qui menacent et donnent des ordres, pas les crimson dans son genre. trop menue, trop ingénue pour se frotter aux années de lutte et de combat auxquels il a participé, mais elle n'a pas l'air de le comprendre encore. « T’a intérêt à rien tenter ce soir sinon ça va mal finir pour toi. » sa roulée dérobée, il fait face en ne laissant aucun rictus défigurer son visage, ses yeux revolvers comme unique réponse. il toise ses doigts manucurés et son bien qu'elle tient entre et se laisse faire comme un bon servant. elle le regrettera, même si elle n'en est pas encore consciente. elle est incandescente, flamme vive qui s'égare et propage chaleur comme destruction, rake jubile à l'idée de la voir s'enfermer entre les murs du blue velvet, son domaine et celui de ses confrères, beaucoup trop sûre d'elle. heureusement pour elle, aucune personne n'a été témoin de la scène, sinon sa réaction aurait été tout autre, plus sévère sans doute. les marques de rouge à lèvres sur le papier qu'elle replace au creux de ses lèvres n'a pas le même goût que les autres, toujours plus enivrant depuis leur dernière rencontre. mais il ne veut pas faillir face à ses menaces, préférant de loin être à l'origine de la peur, il finira par la suivre après avoir jeté le mégot calciné. la silhouette s'avance dans un couloir orné de néons rouge-sang, on y croise quelques âmes trop intéressés par le début du spectacle un peu plus loin, alors qu'il se demande enfin qu'elle était le but de sa démarche. il la rejoint vite, agrippe le poignet droit pour l'arrêter avant de l'attirer vers lui et d'attraper le gauche. une parade bien connue, il croise les prisonniers contre sa poitrine, toujours dos à lui pour accompagner son corps vers le mur. on pourrait croire à une scène exotique, comblé par l'excès de sensualité que dévorent tous les yeux des clients, une énième danseuse dont un homme souhaite profiter. même si la position est tentante, il n'en est rien de plus qu'une vengeance sourde pour mieux lui glisser quelques mots dans l'oreille sans qu'elle ne puisse l'attaquer de nouveau. il sert encore ses poignets, sans savoir en doser la force, appuie contre son dos pour s'approcher un peu plus, son menton glisse contre son épaule avant de lui chuchoter à son tour : « venir me menacer ici c'est courageux, mais pas très malin, t'as personne pour venir te sauver ici tu le sais ? » la vérité est cruelle de sens, dans la pénombre, personne n'oserait délier les griffes du silver pour y chercher ce qu'il cache, pas ici, pas par ceux qui le connaisse. « tes lubies sont puériles, si je voulais vraiment te faire du mal, j'pointerais mon arme sur ta sœur. » une menace de plus dans leur jeu qui démarre trop rapidement. ils se savent ennemis, alors pourquoi s'aventurer près l'un de l'autre ? il a du mal à se poser la question, puisque sa peau sous la sienne, à sa merci pour un court instant, envoûte littéralement son esprit, au point de se laisser cet appétit soudain coller ses lèvres dans l'arrondi de son cou un bref instant. il finit par desserrer l'emprise pour jauger le désir de la jeune femme à faire de sa soirée un enfer ou non. encore un couteau contre son cou ? une arme à feu contre son front ? il saura défier la furie blonde jusqu'au bout sans même une crainte de mourrir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
crimson pistols


☾ pseudo : shiny, aurore
☾ avatar : c.christensen
☾ querelles : 25
☾ destiny : 28/01/2018

bang bang
. ✦ ⊹ Mar 13 Fév - 19:42 ⊹ ✦ .
Elle savoure ce plaisir assassin, elle pince ses lippes délicates, son regard s’attardant sur les danseuses un bref instant. Elle voulait le faire réagir, faire monter cette frénésie en lui, il était trop calme, et elle ne pouvait pas s’en empêcher. Elle s’engouffre dans le temple de la luxure, délicate prêtresse, au corps divin. Elle est dans un sombre couloir quand le prédateur s’avance et l’effleure. Sa force se concentre sur son poignet, elle est obligé de s’arrêter, elle plisse les yeux, la jolie nymphe, un demi-sourire sur ses lèvres tentatrices. Son serpent est aux aguets, elle sent une brûlure lorsqu’il l’encercle. Elle ne peut rien faire elle est privée de ses bras, elle avance donc à l’aveugle, à découvert, elle sent son corps qui s’approche de lui comme une vieille flamme qui rallume un feu éteint en une fraction de seconde. Sa poitrine heurte le mur, tandis qu’elle tourne la tête sur le côté. Elle ne put s’empêcher de réprimer un rire qui veut sortir de sa gorge délicate et nue. « Qui dit que je veux être sauvée ? Tu reconnais au moins que je suis courageuse» elle peut encore sentir son souffle contre sa peau, une véritable délicieuse attaque dont elle se délecte, dont son corps s’imprègne. Un sourire narquois vient sur son visage de poupon. « ma sœur ? si tu savais de quoi elle était capable tu serais pas là. Et puis je pensais que tu étais plus habile avec tes mains, à moins que je me trompe » C’était bien vrai, sa sœur c’était une furie en puissance redoutée, bien plus agile qu’elle. Circe, elle c’est le feu et le briquet, une putain de gamine inconsciente mais qui s’en fout de tout, sauf de sa sœur, de son sang. Elle ne veut pas le regarder lorsqu’elle sent ses lèvres se déposer sur son cou, un moment inopportun, qu’elle n’a pas calculé. Elle hoche la tête délicatement, elle sent qu’il relâche la pression sur ses poignets, mais pas sur bas ventre qu’elle ressent à cet instant. Elle se mordille la lèvre, avec calme avant de faire volteface. Maintenant, elle a le loisir de pouvoir détailler ses traits d’apollon, d’observer sa musculature cachée par ce bout de t-shirt. Avec ce rouge environnant, elle peut percevoir les éclats dans ce regard tueur, dans ce puits sans fin, où elle aime se plonger, sans le reconnaître parce qu’elle ne veut pas qu’il le voit, non. Ses traits son durs, la jolie sorcière exerce ses talents, excelle. Il était trop proche à son goût, mais pas assez pour qu’elle puisse lui parler. Alors elle s’approche de son visage, avant de murmurer quelques mots. « Si je veux je peux te faire tomber… » d’une violence tout autre, une violence sans nom qu’elle pourrait lui faire subir, parce qu’elle la sentit sur sa peau, qu’elle était un crime qu’il voulait commettre, rompre la loi, capturer son épiderme pour l’explorer. Elle peut frapper fort la petite, très. Circe peut sentir son parfum qui inonde ses narines, elle ferme les yeux avant de se recoller contre le mur. Parce qu’on peut mettre à terre ses ennemis d’une autre manière et il n’était pas du tout indifférent, puis elle s’en fou s’il la rejette. Ou pas. Parce que putain, aucun brun ne l’avait chamboulée comme ça, c’était elle qui chamboulait tout pas le contraire. Elle voit qu’il n’est pas capable, qu’elle joue avec lui, qu’il ne pense pas qu’elle est sérieuse. Son regard se fait plus perçant, comme une flèche en plein cœur, comme un aigle majestueux. Elle a toute son attention, elle veut voir cette lueur, encore une fois, défiler dans ses yeux sombres. Allez, vas-y, ne résistes pas. « Parce qu’après tout, tu ne peux pas t’empêcher de te coller à moi.» un regard suggestif, elle provoque encore et encore. Elle le voit qu’il bouillonne, qu’il est en colère, alors elle met sa longue crinière blonde sur le côté et pose lentement son index sur le morceau de peau qu’il avait touché, qu’elle pouvait encore sentir à travers de son épiderme. « Surtout à cet endroit-là, hein et c’est pas tes lèvres qui diront le contraire. » On ne la trompe pas, parce que le corps est tellement un fou, il réagit sans attendre que la raison vienne s’en mêler. Il répond à des besoins primitifs. elle joue sur les faiblesses, la jolie nymphe, la jolie tentatrice.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

bang bang
. ✦ ⊹ Mer 14 Fév - 10:49 ⊹ ✦ .
rake ne connait que la violence, les coups, le sang. jamais doux, tout dans l'excès, le trop le surplus, il se pose aucune barrière sauf celles des règles des silver chapel, bien que si l'occasion venait à lui, il serait capable de n'en faire qu'à sa tête. l'impulsivité débordante, la réflexion après, cela ne lui ressemble pas de se laisser faire de la sorte. il a mit du temps, mais il a finit par réagir, avec force encore une fois. peut-être lui avait-il fait mal, mais la gamine ne semble pas broncher plus que ça, pas un râle de douleur ni même de rage, elle se laisse faire, prisonnière sous ses doigts, sous sa bouche envieuse. c'était-il laissé déborder par la situation ? certainement, personne n'aurait pu résister à ce goût poudré, ce parfum doux et acide à la fois, aucuns regrets. elle parle trop, réponds à ses attaques comme si sa vie en dépendait, comme si elle voulait garder la main mise sur cette action malgré sa position peu dominatrice. il écoute à moitié, laisse la nymphe cracher son venin encore un peu pour tenter une diversion sûrement, il se moque de ses dires, de ce qui l'attends si sa chère sœur vient à connaitre ses frasques envers circe. quel drôle de nom, attaché à une si belle créature, le lien est aigüe. tout ce qu'il retient c'est sa manière de détourner ses mots, ravi de savoir qu'elle se trouve ici sans le moindre sauveur crimson pour voler à la rescousse de la non-apeurée. elle a du cran c'est indéniable, il admire un peu cette arrogance avec laquelle elle se débat verbalement, mais il se moque bien de ses menaces, toujours plus de menaces. c'est à elle de faire attention, pas à lui, combattant confirmé. elle joue au double-jeu, finit par détacher sa poitrine moins vélocement pour mieux retrouver le contact de ses yeux. d'un bleu azur, transcendants, presque magnétiques, il ne comprends pas comment une telle couleur peut exister sur cette terre malsaine, ça perce l'œil d'une lueur aveuglante. « Si je veux je peux te faire tomber… » elle ne s'arrête pas, tandis qu'il s'éloigne quelque peu, juste un pas pour restaurer une limite malgré l'envie brûlante de retrouver sa peau câline. plus dévastatrice que toutes les femmes nues sur la scène du blue velvet, il se méfie sans donner à son corps ce qu'il désire le plus, la posséder toujours plus. besoins complétement masculins, elle ouvre la porte du vice un peu plus, souhaite le voir s'enfoncer dans les limbes de sa noirceur candide sans qu'il ne veuille clairement résister, préférant de loin récupérer ce qu'il y a prendre avant qu'elle ne claque les portes devant lui. il avance à nouveau pour venir poser son coude contre le mur, proche de son visage, rapprocher son visage du visage pour ne garder que quelques centimètres d'espace vital. sa respiration ralenti, ses yeux s'assombrissent toujours plus alors que ses lèvres effleurent sa joue, ses lèvres. « je profite juste de ce que tu m'offres, on ne m'a jamais apprit la décence, ni la retenue d'ailleurs. » elle laisse le champ trop libre, sa main droite glisse le long de son cou, se perd rapidement contre sa poitrine avant d'agripper d'un geste brusque la lame dissimulée dans l'arrière de se poche avant de la jeter à terre, loin, le bruit clinquant s'évapore sous les décors de la salle. personne autour ne s'alerte encore, rake détourner le regard une minute pour inspecter les alentours, pas longtemps, juste à temps pour parer à la prochaine attaque. « tu veux quoi maintenant ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
crimson pistols


☾ pseudo : shiny, aurore
☾ avatar : c.christensen
☾ querelles : 25
☾ destiny : 28/01/2018

bang bang
. ✦ ⊹ Mer 14 Fév - 20:49 ⊹ ✦ .
Il y a cette chaleur, qui s’insinue en elle comme une vipère, comme un poison qui fait bouillonner son hémoglobine, son essence de vie. Elle le sent, car il est là, tout près, trop près d’elle. Comme une veuve noire renfermant son tissage sur sa proie. Un sourire satisfait sur ses lippes, ses vermines qui appellent à la luxure, au laisser aller, promesses de douces tortures sur le derme doux. Il s’approche d’elle, elle observe tout, ses iris s’agrandissent pour pouvoir capter les moindres traits de son visage, comme une oasis sur laquelle elle veut s’accrocher. Et il se rapproche de son visage de poupon, elle sent encore son souffle délicat sur sa mouche, mentholée avec un mélange de tabac, léger très léger. Elle s’enivre déjà de ce que le jeune homme peut lui donner, en grappillant, en respirant profondément pour qu’elle puisse s’en souvenir. Son corps se cambre à son toucher, à ce contact brûlant qui laisse traîner une poudre enflammée sur la peau de son coup, il descend, le voyou. Ses lèvres erraflent sa joue et finissent leurs courses proche des siennes, terrain à conquérir, terre sainte. « je profite juste de ce que tu m'offres, on ne m'a jamais apprit la décence, ni la retenue d'ailleurs. » profites, voyou, profites de cette jolie nymphe qui te laisse entrevoir de sombres désirs. Elle se mord la lèvre, très fort, pour réprimer le plaisir qu’elle ressent lorsqu’il effleure sa poitrine avant de terminer la course sur la poche arrière de son pantalon, taillé pour épouser ses courbes. Il retire une de ses lames, elle grogne, la lionne, mais ce n’était pas le seul compagnon avec qui elle traînait. Il y en avait un autre qui se cachait sous ce corps fragile. Ses pupilles sont dans le noir, elle n’entend que le bruit sourd, de son couteau qui avala la moquette. Ce qu’elle voulait, Circé ? C’était encore plonger dans ce regard incandescent qui la transperçait, elle voulait donner lieu aux pensées qui frôlaient son esprit. Sentir ses mains granuleuses riper sur son derme doux comme un fruit, le mordre jusqu’au sang. « Tu as de la chance, ce n’est pas le seul que j’ai. » elle hausse ses sourcils pour appuyer ses mots, pour laisser planer le doute. C’est une vraie arme humaine, la nymphe et ça peut de monde le sait. Elle effleure de ses doigts le t-shirt du jeune homme, en faisant des arabesques. Elle pouvait sentir la naissance de ses muscles puissants, elle voulait jouer, encore et encore tandis que son corps lui criait qu’il voulait lui appartenir tout entier. Il la touchait, alors pourquoi ne le ferait-elle pas ? Son regard azur, le jaugeait, se demandant quand il allait succomber à cet appel. Ses yeux se plissèrent, rendant son regard félin, voulant le faire tomber dans un tourbillon. « Tu te retiens là, tu peux profiter encore plus. » elle murmure entre ses lippes, comme une douce prière qu’elle souhaite qu’il exauce. Elle ne veut pas se détacher de ce brasier. Pourquoi elle le désirait autant ? ça elle ne le savait pas et ça lui faisait tourner la tête. Elle le défiait, parce qu’il jouait gros. Elle était sûre qu’il ne ferait rien. Elle l’oppressait voulait le retrancher dans ses limites, voir jusqu’où il pouvait tenir. La main de la sylphide remonta lentement jusqu’à la naissance de la nuque du jeune homme jusqu’à sa chevelure à la texture douce. Elle l’agrippa et l’obligeant à dévoiler son cou. La jeune femme effleura sa peau du bout de son nez aquilin avant de relâcher sa poigne et de trouver ses lèvres qu’elle jaugea avant de mordiller la lèvre inférieure.  « Sauf que tu ne le feras pas
Revenir en haut Aller en bas


Invité

bang bang
. ✦ ⊹ Mer 14 Fév - 23:52 ⊹ ✦ .
Pourquoi fallait-il qu’elle excelle dans la séduction interdite ? Pourquoi vouloir le faire faillir lui plutôt qu’un autre ? Rien ne les prédestinait à devenir bourreau l’un de l’autre, surtout que la situation se compliquait à mesure que leur étreinte devenait flammes de l’enfer. Une damnation à venir pour avoir toucher l’Aphrodite, effleurer l’épiderme de l’ennemi sans aucune gêne ni aucuns remords. Et elle prenait un malin plaisir à manipuler ses pensées, ses désirs les plus enfouis. Un désir de pouvoir presque vengeresse, de mettre à mal ceux qui osent mettre en cause leur supériorité à Night Vale, par le biais de cette déesse téméraire. Mais il se tramait tout autre chose quand il la regardait droit dans les yeux, profondément happé par tous les paysages érotiques qui semblaient se dresser devant eux. Depuis le premier regard, ils avaient pris les cartes en mains, débutant la partie dans le sang et l’amertume de leurs collègues blessés. A ce moment là, ils n’y pensaient plus, gardant pour seul cap de faire dérégler tous les principes que leurs clans respectifs leurs inculquaient. Rake s’étonne de ne pas avoir poser ses doigts contre sa gorge avant, ni s’être permis de s’appuyer toujours plus contre le corps de la belle en solitaire ce soir pour en savourer toutes les courbes. Ses mots ne sont que tentation, ses lèvres qu’un appel au vice et son corps lui crie de le découvrir dans ses moindres recoins. Elle va même jusqu’à douter de sa capacité à prendre les devants, aller plus vite dans la démarche et ne plus regarder autour d’eux, pas même de souvenir qu’ils sont si différents. Il a de plus en plus de mal à penser à autre chose, s’enlise dans la danse mortelle que lui propose sa prisonnière. Il laisse échapper un léger grognement lorsqu’elle fait basculer sa tête sur le côté, d’une violence et issu muette que ses lippes agonisantes devant l’envie d’ensorceler les siennes. Le coeur s’emballe tambours battants lorsque sa main droite vient gravir l’ondulation de ses cheveux dorés pour la faire tomber, dans ce trou noir qu’ils viennent de creuser, une abysse sans fond qu’ils auront du mal à gravir en retour. Mais il ne réfléchit plus, son corps parle à sa place, sa bouche s’empare des lèvres de la jeune femme, sans justesse, sans romantisme, il l’embrasse ardemment sans complexer sur la marche à suivre initiale. Son torse se plaque contre sa poitrine, la poussant encore en arrière, écrasée sous la force de ses bras déclencheurs de l’action. Son autre main se balade mutine, contre sa peau pâle et brûlante en continuant sa route pour agripper le dessous de sa cambrure, d’un galbe certain, imitant à merveille la perfection du corps humain. Il tressaille tout en laissant la furie monter en lui sans jamais l’arrêter. Le baiser continue fougueusement, déliant tout à coup leurs bouches amourachées pour qu’il s’imprègne du reste de son épiderme à découvrir. Reprenant le chemin de son cou pour le mordre cette fois, excité par l’idée de l’entendre murmurer non plus des mots, mais l’émotion qu’il lui insuffle dans ces quelques gestes. Comme elle l’a dit et il la croit, d’autres armes sont à découvrir parmi les centimètres de peau qu’elle lui offre ce soir, priant intérieurement pour qu’il puisse en profiter autant qu’il le souhaite et peut-être pas uniquement pour ce soir. Il préfère laisser la luxure se battre pour lui dans ce recoin sombre mais pas encore assez discret. Alors dans l’action et tout en lâchant la crinière blonde d’une main, il tâtonne pour trouver l’entrée d’un showroom privé, habituellement destiné aux professionnels de l’effeuillage. Poussant à sa suite la demoiselle en la faisant avancer à reculons, ils entrent non sans hâte dans l’entre peu éclairé. « montre-moi tes armes » dit-il en la défiant du regard. Proposition ambiguë à double sens pour la pousser au plus profond de la faille. Si elle veut le faire faillir, lui fracturer la rétine et ne jamais lui faire oublier ce moment, il faudra plus que de simples provocations verbales. « Déshabille toi » ordonne t’il en desserrant l’étreinte. Montre-moi de quoi tu es capable Circe, tatoue-moi ton visage sous la peau, rempli le vide aussi gros que le monde dans mon âme et devient la seule arme qui pourrait l’anéantir en me réduisant à néant.


Dernière édition par Rake Corona le Jeu 15 Fév - 22:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
crimson pistols


☾ pseudo : shiny, aurore
☾ avatar : c.christensen
☾ querelles : 25
☾ destiny : 28/01/2018

bang bang
. ✦ ⊹ Jeu 15 Fév - 22:02 ⊹ ✦ .
Il était fou, aussi insensé qu’elle. La raison avait quitté le navire de son esprit depuis qu’elle a été touchée par ses doigts agiles. Alors elle accueille sans ciller cette bouche ravageuse, qui la fait flancher de tout son être. Une sensation nouvelle, plus pure et directe, profonde qui la fait tressaillir. Elle sent son souffle se perdre contre le siens, leurs lèvres qui s’entrechoquent, tandis que son corps est vaillamment projeter contre le mur. Elle accueille son assaillant avec ferveur, répondant avec sauvagerie à ses baisers, redoublant de désir. Elle aime le goût de ses lèvres, sa langue fougueuse et ses mains qui s’emparent de son corps pour le dompter. Elle se cambre, répondant favorablement aux stimuli de la pulpe de ses doigts qui se baladent sans impunité sur ses courbes ravageuses. Parce que son corps est une terre d’exploration. Elle échappe un râle de plaisir malgré elle lorsqu’elle sent un léger picotement sur la peau tendre de son cou qu’il ravageait. Elle se laisse emporter par ce courant électrique qui l’envahit, des milliers de volts à travers son derme qui en redemande, encore et encore. Elle pousse son corps contre le sien, pour le sentir encore plus, elle plante ses griffes à travers le vêtement, fin. Elle sait qu’il est sa damnation, son fruit défendu. Elle peut encore faire marche arrière mais à quoi bon, elle est trop impliquée, son corps ne pourrait pas supporter le manque soudain, il en redemanderait, comme un camé. Alors elle le suit, dans les abysses, dans l’enfer. Oh Hades, capture mon corps, fais-moi reine de ton royaume. Ils trouvent un recoin, loin de tous les regards qui pourraient les entraîner dans une bataille sans fin. Elle, crimson et lui, silver, une combinaison fatale, interdite et si bonne en même temps, comme si leurs corps étaient fait pour se rencontrer, pour appréhender l’autre dans une danse mortelle. Elle rit légèrement, de son timbre cristallin, qu’on entend, alors que la musique est étouffée. Son timbre de voix, raque, envahit par le désir la possède, un comme un sorcier vaudou qui lance un sort. Il la pousse, son corps ne veut pas se détacher du sien. Un sourire mutin sur ses lippes ravagées par ses baisers, qu’elle affiche fermement et fièrement. Il veut qu’elle lui montre ses armes, qu’elle affiche ses arguments, alors elle allait s’exécuter. Silencieuse, elle pose son index sur son torse avant de le faire tomber sur le canapé derrière lui. Il y avait une barre derrière elle, que les douces nymphes utilisaient, comme instrument de torture, pour ensorceler les pauvres âmes errantes et pleine de luxure. Elle s’approche féline, enlève ses chaussures et tourne autour, tout en le regardant. Elle se met dos à lui tout en ondulant lentement. Ses doigts se referment sur son débardeur, visant la bretelle. Doucement, elle la fait tomber, puis l’autre, tout en lui jetant un bref regard, sentant son attention rivé sur elle, ce qui agita son bas ventre. Elle enlève alors ce vêtement, cette barrière inutile. Elle avait enfoui entre sa lingerie fine une autre lame, elle se retourne lentement en collant son dos à la barre. Elle exhibe ses formes aux travers de bout de dentelle rouge vif, qui contraste avec sa peau blanche qu’elle trouve sans saveurs, sans couleurs, alors elle abuse des couleurs vives. « Si je te montre tout c’est pas du jeu, il faut laisser place à a découverte n’est-ce pas ? » elle quitte alors la barre pour s’approcher de lui, féline, tigresse du désert qui dévore de ses canines les cous des jeunes garçons. Elle englobe son corps de ses jambes longues et fines, tandis qu’elle vient coller son front contre le sien, jouant avec le bas de son t-shirt et la boucle de sa ceinture. Elle approche sa bouche de la sienne pour lancer une danse macabre, dont ils ne ressortiront pas indemne, amants maudits.
Revenir en haut Aller en bas


Invité

bang bang
. ✦ ⊹ Jeu 15 Fév - 23:22 ⊹ ✦ .
il aime l'entendre faillir sous ses mouvements, ses caresses qui n'en sont pas. elle reste tentatrice dévouée face à la violence avec laquelle il ose la toucher. la pâle princesse cherche à s'égarer auprès des loups, alors que le château lui ouvre les bras. une aventure périlleuse, qui aurait certainement raison de sa naïveté refoulée. il finit par s'écarter, déloge son corps meurtri contre le sien pour créer ce manque. un fossée béant entre leurs deux âmes bafouées et contre tous les courants. il sent d'ici les embruns arriver contre eux, contre leurs ébats et leurs émois. mais il préfère rester maître de l'instant et ordonne à sa lubie de retirer ses vêtements. peu habitué aux commodités et aux règles de bienséances, il continue d'avoir l'habitude des ordres exécutés. sauf qu'elle préfère jouer de ses charmes encore une fois. elle commence à danser, autour d'un cylindre métallique, se délaissant d'un premier habit. un débardeur qu'il n'avait pas eu le temps d'inspecter jusqu'à maintenant, un bout de tissu dont il se moque tant l'envie de voir toujours plus de parcelles de peau se vendre à son oeil aguerri. sa gorge pourrait lui hurler d'aller plus vite, mais son esprit préfère se retenir tout en admirant le spectacle de ses courbes ondulant autour de ce simple objet de valorisation. il aime cette endroit d'habitude, mais aujourd'hui bien plus qu'avant. son teint de porcelaine dénoterait face au hâle des poupées d'orient bien installées entre ces murs, et l'idée de dérober un tel bijou, d'une telle valeur, n'a de cesse de le concentrer sur son objectif; la garder entre ses doigts. sa lingerie décuple la luxure de l'endroit, son regard ne se déloge pas de sa silhouette fine et en apparence si délicate, il sent l'agitation de ses doigts envieux de conquérir toujours plus ce territoire insolite aux arabesques parfaites. il constate qu'elle n'a pas obéit, elle ne lui a remmi aucunes autres lames dissimulé en sous ses vêtements, alors il reste figilant malgré l'envie montante venant englober son attention tout entière. Si je te montre tout c’est pas du jeu, il faut laisser place à a découverte n’est-ce pas ? il sourit dans l'obscurité, caché de celle qui pense pouvoir ralentir la cadence de son plein grès. il reste assit dans le canapé, garde le menton levé sur la proie féline, elle enjolive la pièce d'une prestance inouïe. capté par la naissance de ses seins, le champ de vision tente à rétrécir lorsqu'elle approche de nouveau. ses jambes autour de lui, ses mains restaurent leur emprise sur la douce, ses doigts robusques aux phalanges éreintées enveloppent la courbure de ses fesses pour ramener son corps jusqu'à lui. il sent les doigts de la jeune femme danser près de son jean déjà bien à l'étroit. bien loin d'être un homme patient, il préfère récupérer l'ascendant montant une main vers la bouture de la dentelle rouge pour venir la dévoiler d'un geste sûr et habitué. l'empressement s'accentue alors, captivé par la vue du galbe que lui offre cette vue en contre-plongée. un rapide regard provocateur dans sa direction, comme pour lui donner la prédiction de l'accélération des évènements, et lui montrer que la découverte n'est pas une priorité. ses courbes charnels enveniment son corps, piquent à vif la passion le dévorent et l'excitation grandissante pour cette naïade aux yeux océans. il n'a guère prêté attention à l'opinel caché qui s'était glissé au sol. brûle avec moi vénus. devient la source de tous les problèmes existants sur terre, laisse moi te haïr pour tout ce que tu me provoque intentionnellement, sois-mienne et ne résiste plus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
crimson pistols


☾ pseudo : shiny, aurore
☾ avatar : c.christensen
☾ querelles : 25
☾ destiny : 28/01/2018

bang bang
. ✦ ⊹ Ven 16 Fév - 21:02 ⊹ ✦ .
Revenir en haut Aller en bas


Invité

bang bang
. ✦ ⊹ Sam 17 Fév - 9:51 ⊹ ✦ .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
crimson pistols


☾ pseudo : shiny, aurore
☾ avatar : c.christensen
☾ querelles : 25
☾ destiny : 28/01/2018

bang bang
. ✦ ⊹ Sam 17 Fév - 11:48 ⊹ ✦ .
Revenir en haut Aller en bas


Invité

bang bang
. ✦ ⊹ Dim 18 Fév - 21:06 ⊹ ✦ .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
crimson pistols


☾ pseudo : shiny, aurore
☾ avatar : c.christensen
☾ querelles : 25
☾ destiny : 28/01/2018

bang bang
. ✦ ⊹ Mer 21 Fév - 21:02 ⊹ ✦ .
Revenir en haut Aller en bas


Invité

bang bang
. ✦ ⊹ Ven 23 Fév - 18:04 ⊹ ✦ .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
crimson pistols


☾ pseudo : shiny, aurore
☾ avatar : c.christensen
☾ querelles : 25
☾ destiny : 28/01/2018

bang bang
. ✦ ⊹ Mer 14 Mar - 22:24 ⊹ ✦ .
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé

bang bang
. ✦ ⊹ ⊹ ✦ .
Revenir en haut Aller en bas
 
looking through darkness w/ circe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» | When Darkness Falls
» HEAVENSBEE ► hello darkness, my old friend
» « born in the darkness. » Ϟ WILLOW&OZ.
» [100%] Calliope ♣ I'm the darkness on your soul, the sweetness on your life, and the dream on your mind
» [1748] Follow me as I trip the Darkness [Leene]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
☾☾☾ give me a shot at the night :: a shot at night vale :: Sud :: blue velvet-
Sauter vers: